VIDEO. Marche des fiertés à Paris: Cinq raisons de participer au défilé ce samedi

LGBT S'affirmer, donner de la voix contre les discriminations ou encore faire la fête, chacun a ses raisons de défiler ce samedi à la Marche des fiertés... 

Nils Wilcke

— 

La marche des fiertés à Lyon le 16 juin 2018.
La marche des fiertés à Lyon le 16 juin 2018. — KONRAD K./SIPA

C’est parti pour la Marche des fiertés annuelle à Paris. Rendez-vous à 14 heures place de la Concorde pour rejoindre la place de la République, dans le centre de la capitale. Qu’est ce qui motive les participants à défiler ? 20 Minutes vous donne cinq raisons qui les incitent à participer. De quoi vous donner envie de faire le déplacement ?

En plein Mondial de football en Russie, l’Inter-LGBT, organisatrice de la Marche, veut donner de la voix contre l’homophobie dans le sport. Un mot d’ordre contesté par d’autres organisations telles que SOS Homophobie. L’association a annoncé qu’elle marcherait, elle, derrière le slogan « PMA, l’égalité n’attend pas ! », pour « demander au gouvernement et à la majorité d’ouvrir au plus vite le débat au Parlement ».

Plus d’une personne LGBT sur deux agressée

De son côté, l’association historique de lutte contre le Sida, Act Up, qui fêtait il y a un an ses 25 ans, s’indigne d’être « reléguée à l’avant-dernière place du cortège », après des sponsors tels que Mastercard et Tinder placés tous deux en milieu de cortège.

Au-delà des querelles interassociatives, les organisations de défense de la cause LGBT (Lesbiennes, gays, bi, trans) continuent de s’inquiéter de la persistance des agressions homophobes. 53 % des personnes LGBT ont déjà subi au moins une agression dans leur vie, selon un grand sondage mené par l’Ifop pour la Dilcrah et la Fondation Jean-Jaurès.

>> A lire aussi : Stonewall: Quand les émeutes à l'origine de la Marche des fiertés nous sont contées

>> A lire aussi : SOS Homophobie: «Le constat est alarmant, l’homophobie est de plus en plus violente»

>> A lire aussi : Paris: Des passages piétons aux couleurs LGBT vont devenir permanents, annonce Anne Hidalgo