Lyon: Des voiturettes électriques pour emmener les enfants au bloc opératoire

SANTE Les petits patients de l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron peuvent désormais se rendre au bloc opératoire à bord de deux bolides électriques…

Garance Ferrard

— 

Voitures électriques
Voitures électriques — HCL
  • Deux voiturettes électriques ont été offertes au service de chirurgie ambulatoire de l’Hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron.
  • Les jeunes patients seront ainsi transportés au bloc opératoire.
  • L’initiative a pour but de réduire l’anxiété des enfants et de leurs familles.

 

Depuis le 22 juin, c’est le sourire aux lèvres que les enfants se rendent au bloc opératoire. L’unité de chirurgie ambulatoire de l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Lyon s’est vu offrir deux petites voitures électriques par le concessionnaire BMW 6e Avenue.

Réservées aux enfants de 3 à 9 ans, une Mini et un 4X4 BMW, conduites par des soignants formés, déambulent désormais dans les couloirs de l’hôpital. « J’ai pu voir des enfants extrêmement contents et heureux. Ils oublient le stress de l’intervention », confie Patricia, infirmière anesthésiste au bloc opératoire de pédiatrie.

Diminuer l’anxiété des enfants

Car le but de cette opération est de mieux gérer l’anxiété préopératoire. « C’est important que les enfants gardent un bon souvenir de cette expérience », poursuit l’infirmière. « Une intervention chirurgicale et une anesthésie, même minimes, peuvent être pour l’enfant et sa famille une source de stress importante », relève les Hospices civils de Lyon.

Depuis quelques années, le personnel hospitalier s’appuie sur des outils ludiques comme des jouets, des peluches mais aussi des tablettes numériques afin de détendre les petits patients. Les voiturettes viennent ainsi compléter le dispositif. « En pédiatrie, on accueille des enfants de 0 à 18 ans. Il est important d’adapter les distractions en fonction de l’âge, explique Patricia. Cela permet de réduire l’utilisation de sédatifs avant les opérations ». Cela apaise également les parents.

Le service de pédiatrie ne compte pas s’arrêter là, les équipes pensent déjà à la réalité virtuelle. « Même ce n’est encore qu’un projet », murmure-t-on.