C’est l’heure du BIM: Migrants à l’accostage, amendements à l’amende et Bleus sifflés

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

M.C.

— 

Le navire Lifeline sur les eaux de la Méditerrannée, le 21 juin 2018.
Le navire Lifeline sur les eaux de la Méditerrannée, le 21 juin 2018. — HERMINE POSCHMANN / MISSION LIFELINE / AFP

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Malte va accueillir le bateau « Lifeline », l’Italie et la France proposent d’accueillir des migrants

Italie, Malte, Portugal… Le bateau humanitaire Lifeline enfin fixé sur son destin. Le navire, qui attendait depuis une semaine un port pour l’accueillir, pourra finalement accoster à Malte, et une partie des 233 migrants qui se trouvent à son bord seront pris en charge par l’Italie, a annoncé ce mardi le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte. Le Portugal s’est proposé pour accueillir un nombre de personnes « à définir ».

>> A lire aussi : La Cimade dénonce un détournement de la lutte anti-terroriste pour refuser les entrées

Réforme de la Constitution : Les députés de la majorité rejettent tous les premiers amendements

Droits « humains », IVG, Charte de l’environnement, Corse, numérique. En une soirée, les parlementaires n’ont pour l’instant qu’environ 70 amendements au projet de révision constitutionnelle sur les plus de 1.300 déposés, mais ils ont tous été rejetés par la majorité.

Coupe du monde 2018: « On a besoin de supporters, pas de spectateurs », les Bleus pas très contents des sifflets

Ce n’était pas tout à fait le Autriche-RFA de 1982, ce fameux match de la honte qui se termina sur une victoire de l’Allemagne de l’Ouest sur un score qui arrangeait tout le monde sauf l’Algérie (1-0), Mais ce n’était pas très glorieux quand même. Après un match déjà pas folichon, La France et le Danemark n’ont pas été loin de se ficher du monde à partir du dernier quart d’heure, surtout les Danois d’ailleurs. Ces derniers, pourtant assurés d’être qualifiés puisque l’Australie n’a pas existé face au Pérou, multipliaient les passes entre le gardien et les défenseurs centraux, et les Français ne déclenchaient pas un pressing extrême, pour le dire gentiment.

>> A lire aussi : «Il est serious lui?» Deschamps vexé qu'on veuille l'empêcher de rentrer dans le stade