VIDEO. Dix personnes liées à l'ultradroite interpellées, soupçonnées de vouloir attaquer des musulmans

POLICE Ils ont été interpellées samedi soir par les services antiterroristes dans le cadre d'une enquête sur un projet d'attaque ciblant des musulmans...

20 Minutes avec AFP

— 

Voiture de police (illustration)
Voiture de police (illustration) — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Gravitant dans l’ultradroite radicale, dix personnes soupçonnées de projeter des actions violentes contre des musulmans ont été interpellées dans la nuit de samedi à dimanche, lors d’un vaste coup de filet antiterroriste dans plusieurs endroits en France.

Ces arrestations menées par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) se sont notamment déroulées en Corse, où deux suspects ont été arrêtés, en région parisienne, dans la Vienne et en Charente-Maritime, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Ils voulaient « cibler des personnes de confession musulmane »

Parmi les interpellés figure le chef de file présumé de ce réseau, Guy S., retraité de la police nationale et habitant de Charente-Maritime, selon des sources proches de l’enquête. Les suspects gravitaient autour d’un mystérieux groupuscule lié à l’ultradroite baptisé « AFO » (Action des Forces Opérationnelles) et dirigé par Guy S. qui « avait la volonté d’en faire un groupe plus dur », a précisé une des sources. Ils avaient « un projet de passage à l’acte violent, aux contours mal définis à ce stade, ciblant des personnes de confession musulmane », a précisé une autre source proche de l’enquête.

Les surveillances de la DGSI ont révélé qu'« ils étaient en lien pour éventuellement commettre des actions violentes contre des cibles présumées en lien avec l’islam radical », d’après l’une des sources.

Selon TF1-LCI, qui a révélé le coup de filet, ils ciblaient notamment des imams radicaux, des détenus islamistes sortant de prison mais aussi des femmes voilées, choisies au hasard dans la rue. L’enquête devra déterminer le degré d’avancement et de maturité du projet. Comme le prévoient les textes en matière de lutte antiterroriste, les gardes à vue peuvent d’étendre jusqu’à 96 heures.