Salarié licencié pour une histoire de godemiché: Carrefour évoque «un comportement inapproprié»

POLEMIQUE Un salarié d’un magasin des Côtes d’Armor avait posé un emballage sur la voiture du directeur…

C.A.

— 

Des salariés de Carrefour manifestent contre les suppressions de postes à Lomme, près de Lille.
Des salariés de Carrefour manifestent contre les suppressions de postes à Lomme, près de Lille. — Philippe Huguen / AFP

Il s’appelle Jimmy et travaillait depuis huit ans comme boucher chez Carrefour à Langueux, dans les Côtes d’Armor. Il vient d’être licencié par son employeur pour avoir déposé un emballage de godemiché sur le toit de la voiture du directeur du magasin lors d’une manifestation le 31 mars.

Epinglé par les caméras de vidéosurveillance, le salarié de 27 ans a été licencié pour faute lourde. Le groupe Carrefour se justifie en évoquant « un comportement inapproprié ». « La direction a pris une décision suite à un comportement inapproprié qui peut nuire à l’image de l’entreprise et qui n’est pas du tout en adéquation avec les valeurs du groupe », a répondu la direction à 20 Minutes.

Des salariés débrayent en soutien

Samedi, plusieurs salariés du magasin ont débrayé pour soutenir leur collègue de travail​. Une pétition a été proposée aux clients du magasin pour dénoncer le licenciement. Le salarié aurait émis le souhait de se présenter aux prochaines élections professionnelles. « On veut me mettre à la porte avant ces échéances », a-t-il expliqué à Ouest-France.

L’enseigne de grande distribution a annoncé la suppression d’environ 2.400 postes dans le cadre d’un plan de licenciements. Ce qui n’avait pas empêché la direction d’accorder à l’ancien patron du groupe Georges Plassat d'empocher 900.000 euros au titre de « ses bons résultats chez Carrefour ». Un parachute auquel il a renoncé face à la polémique​.