Attentat du DC-10: Une association de victimes veut une nouvelle enquête après les révélations de Mediapart

REBONDISSEMENT Selon Mediapart, l’avocat de Nicolas Sarkozy se serait rendu en Libye pour offrir de blanchir Abdallah Senoussi condamné par contumace pour cet attentat…

G. N. avec AFP

— 

L'épave du DC-10 d'UTA, après l'attentat.
L'épave du DC-10 d'UTA, après l'attentat. — WITT/SIPA

L’Association française des victimes du terrorisme (AFVT) appelle à une nouvelle enquête sur l’attentat du DC-10 d’UTA de 1989 qui aurait, selon Mediapart, été au cœur de tractations entre le régime de Kadhafi et un proche de Nicolas Sarkozy en 2005. Selon le site d’informations, l’avocat de l’ex-chef de l’Etat Thierry Herzog se serait rendu en Libye en 2005 pour « offrir » l’abandon des poursuites visant Abdallah Senoussi, le beau-frère de Kadhafi condamné par contumace en France pour cet attentat qui a fait 170 morts, dont 54 Français.

Ces tractations - qui n’ont jamais abouti - auraient été nouées dans l’espoir d’obtenir en contrepartie des fonds libyens pour appuyer la candidature de Nicolas Sarkozy en 2007, avance Mediapart qui s’appuie sur des documents exhumés par un élu issu de la révolution ayant renversé Kadhafi en 2011.

Nicolas Sarkozy dément

« Il me semble indispensable que la justice française se saisisse de ces pièces, d’autant plus que le témoin est prêt à les donner à la justice, a assuré à l’AFP le président de l’AFVT, Guillaume Denoix de Saint Marc. Il est important que le parquet rouvre le dossier, et qu’un juge d’instruction soit nommé rapidement. » En garde à vue en mars, Nicolas Sarkozy avait toutefois contesté que son avocat ait engagé la moindre démarche en faveur de Abdallah Senoussi.

Mis en cause par l’enquête du juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, Abdallah Senoussi, par ailleurs ex-chef des renseignements militaires de Kadhafi, avait été condamné par contumace en 1999 à la réclusion criminelle à perpétuité aux Assises de Paris, aux côtés de cinq autres ressortissants libyens. Aucune de ces peines n’a été exécutée.

Selon le président de l’AFVT, les documents exhumés par Mediapart pourraient éclairer des zones d’ombre du dossier. « Nous avons des éléments beaucoup plus précis sur l’implication des services secrets libyens et d’Abdallah Senoussi », a-t-il affirmé. « Je suis sûr que nous allons pouvoir trouver d’autres protagonistes qui pour l’instant ont échappé au radar de Bruguière ».

Accélération de l’enquête en mars

Dans son article, Mediapart affirme également que Me Francis Szpiner, pourtant avocat des familles de victimes de l’attentat du DC-10, avait accompagné Me Herzog à Tripoli. Interrogé par le site, l’avocat a rejeté des assertions « totalement fausses ».

Lancée après la publication d’un document par Mediapart, l’enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 s’est accélérée en mars avec la mise en examen​ de l’ancien chef de l’Etat notamment pour « corruption passive » et « recel de détournements de fonds publics libyens ».

>> A lire aussi : Soupçons de financement libyen: Nicolas Sarkozy demande l'annulation des poursuites