Bac 2018: L’Education nationale teste des sujets connus à l’avance

ANTISECHE Avant la grande réforme du bac, le ministère teste cette année, sur certaines épreuves en série S, la possibilité pour les élèves de connaître une liste de sujets qui peuvent tomber le jour de l’examen…

R. G.-V.

— 

L'ECE est une épreuve anticipée du bac scientifique.
L'ECE est une épreuve anticipée du bac scientifique. — CHAMUSSY/SIPA

Connaître son sujet de bac à l’avance, c’est désormais possible ? Pas si vite. France Info remarquait ce vendredi matin que cette année, pour une partie des épreuves de physique chimie et de SVT (sciences de la vie et de la terre) en série scientifique, les étudiants connaissent les sujets possibles à l’avance.

Il s’agit en fait de l’épreuve anticipée, qui le plus souvent a lieu avant les écrits : l’évaluation des compétences expérimentales (EVE). Cette initiative est d’ailleurs elle-même une expérience du ministère de l’Education nationale qui pourrait vite la généraliser. Seulement quelques classes sont concernées dès cette année.

160 sujets possibles

Concrètement, les élèves ont sur Internet une liste de sujets qu’ils peuvent potasser. Ils tomberont sur celui qu’ils tireront au sort le jour de leur convocation. Mais il y a… 160 sujets possibles. Finalement « c’est comme en histoire, on va réviser 20 chapitres pour tomber sur un seul lors de l’épreuve », note un élève concerné au micro de France Info.

De plus, l’épreuve en question compte seulement pour quatre petits points sur 20. Un échec, ou, au contraire, un succès, ne sont en rien décisif avant les épreuves écrites.

>> A lire aussi : Réforme du bac: Jean-Michel Blanquer annonce quatre épreuves écrites et un grand oral