Viande de chien: Comment une tradition culinaire peut-elle devenir taboue?

ALIMENTATION Qu’est-ce qui fait qu’une tradition culinaire devient ainsi taboue ? Des sociologues nous répondent…

Fabrice Pouliquen

— 

Une vendeuse ambulante pousse un chariot sur lequel ont été entassées des carcasses de chiens destinés à la consommation à Yullin, en Chine, le 20 juin 2018.
Une vendeuse ambulante pousse un chariot sur lequel ont été entassées des carcasses de chiens destinés à la consommation à Yullin, en Chine, le 20 juin 2018. — PAK YIU / AFP
  • Pratique culinaire traditionnelle dans certains pays d’Asie, la consommation de viande de chiens est une pratique très décriée des associations de défense des animaux qui obtiennent parfois victoires.
  • Il y aurait donc les animaux qu’on mange et ceux qu’on ne mange pas, catégories communes à toutes les sociétés mais dans lesquelles elles ne rangent pas forcément les animaux.
  • En Corée du Sud, comme en Chine, au Vietnam ou à Taïwan le chien serait en passe de changer de catégorie. Parce que considéré uniquement aujourd’hui comme animal domestique ou parce que les normes alimentaires occidentales l’imposent ?

Mangera-t-on bientôt plus de chiens en Corée du Sud ? Un tribunal local vient en tout cas de juger hors-la-loi d’abattre les chiens pour leur viande, une décision qui pourrait constituer un premier pas vers l’illégalité de la consommation des canidés, se sont empressés de faire valoir des défenseurs des animaux.

« Il s’agit de la première décision de justice qui stipule que tuer des chiens pour leur viande est illégal en soi », commente l’avocate de Care, l’une de ces associations de défense des animaux.

Un sujet qui revient régulièrement sur le tapis

Le sujet revient régulièrement en Corée du Sud, pays où la consommation de viande de chien fait partie de la tradition culinaire mais est jugée taboue chez les jeunes générations.

L’an dernier déjà, Care avait porté plante contre un éleveur de Bucheon (province du Gyeonggi) accusé de « tuer des animaux sans raison valable » et de violer la réglementation sur l’hygiène et les normes de construction. Plusieurs élevages et restaurants ont aussi été fermés en Corée du Sud en amont d’événements internationaux comme les derniers Jeux olympiques d’hiver à Pyeongchang.

La question ne se pose pas qu’en Corée du sud, mais aussi en Chine et au Vietnam, deux pays où l’on consomme également de la viande de chien. Ou encore à Taïwan. En avril 2017, sous la pression d’association de protection des animaux, le parlement taïwanais a voté une loi interdisant la consommation, l’achat ou la possession de viande de chien ou de chat, sous peine d’une amende pouvant atteindre l’équivalent de 7.715 euros.

Le sociologue Jean-Pierre Poulain, professeur à l’université Jean-Jaures de Toulouse et directeur de l’ Isthia (institut supérieur du tourisme, de l’hôtellerie et de l’alimentation), cite aussi la grande fête gastronomique autour de la viande de chien qui se tient chaque année en juin à Yullin en Chine et au cours de laquelle des milliers de chiens sont tués. « Les éditions sont là encore systématiquement perturbées par les ONG locales », indique-t-il.

« Nos représentations sociales des animaux changent »

Mais comment expliquer alors qu’une habitude alimentaire bascule petit à petit dans le domaine du tabou et décline ? « Nous classons les animaux en plusieurs catégories, explique Jean-Pierre Poulain. Les animaux domestiques que l’on ne mange pas, les animaux de rente que l’on élève pour leur viande, les animaux sauvages que l’on chasse, et ceux qu’on ne chasse pas. Ces catégories sont plus ou moins universelles, mais ce qu’on y met dedans varie d’une société à l’autre. »

« Surtout, au sein même d’une société, ces catégories évoluent au fil du temps », poursuit Jean-Louis Lambert, professeur émérite de sociologie qui a étudié pendant 40 ans les pratiques alimentaires et leurs évolutions, notamment à l’ Enitiaa (Ecole nationale d’ingénieurs des techniques des industries agricoles et alimentaires).

La consommation de viande de chien n’est pas l’unique exemple de ces changements de catégorie. « Prenez le cas de la viande de cheval, invite Jean-Louis Lambert. Nous en consommions beaucoup jusque dans les années 1980. Le scandale Spanghero qui a éclaté en janvier 2013 a montré combien la viande de cheval est aujourd’hui taboue. Bien sûr, on reprochait à cette entreprise d’avoir menti ne faisant passer de la viande de cheval pour de la viande de bœuf. Mais beaucoup de personnes étaient aussi horrifiées à l’idée d’avoir pu consommer à leur insu de la viande de cheval. »

Pour expliquer ces évolutions, Jean-Louis Lambert évoque tout d’abord l’urbanisation croissante de la population en cours depuis au moins un siècle. « Celle-ci modifie les modes de vie et nos représentations sociales des animaux, avance-t-il. Bien souvent, les seuls contacts qu’ont les urbains avec le monde animal sont avec leurs "pets", ces animaux de compagnie qu’ils côtoient parfois chaque jour et pour lesquels ils ont de la compassion. Il est très facile alors d’extrapoler ces sentiments à l’ensemble de l’espèce et, plus largement encore, aux animaux s’en rapprochant. » Difficile alors d’en manger. « Prenez le lapin, illustre encore Jean-Louis Lambert. Sa consommation est en très forte baisse en France. En revanche, il est de plus en plus présent dans les foyers comme animal de compagnie. »

Norme traditionnelle contre norme occidentale ?

Pour Christophe Serra Mallol, maître de conférences en sociologie à l’Isthia, cet anthropomorphisme [prêter des réactions humaines à des animaux ou des choses] n’explique pas tout. « En particulier dans le cas de la consommation de viande de chiens, précise-t-il. L’ anthropologue Jacqueline Milliet l’avait très bien expliqué dans un article publié en 1995 : dans les cultures cynophages, on ne mange pas n’importe quel chien.

Surtout, on ne mange jamais son propre chien. Il y a toujours une distinction qui est faite entre les chiens domestiques, que ces sociétés ont aussi, et les chiens élevés pour leur viande. Et on parle bien d’élevage. On n’abat pas n’importe quel chien errant pour le manger. »

« Le souci de préserver son image vis-à-vis de l’extérieur »

Christophe Serra Mallol invite alors à chercher plus loin les raisons pour lesquelles une consommation alimentaire devient taboue, voire interdite. « Des oppositions peuvent se jouer parfois entre deux normes alimentaires : celle traditionnelle, pour laquelle consommer de la viande de chien n’est pas un problème, et la norme occidentale qui considère cette consommation dégoûtante. » Le sociologue évoque ainsi la Polynésie française, qu’il a étudiée et où traditionnellement, la population locale mangeait du chien. « Cette norme traditionnelle a été peu à peu dominée et remplacée par la norme du colon. Pour rappel, la loi française interdit aujourd’hui la consommation de chien*. »

Ce même phénomène se jouerait aussi de façon plus insidieuse en Corée du Sud. « Il est marquant par exemple que les autorités prennent des mesures interdisant ou limitant la consommation de viande de chiens juste avant de grands événements internationaux, notent Christophe Serra Mallol comme Jean-Pierre Poulain. Il y a manifestement ce souci de préserver son image vis-à-vis de l’extérieur, de ne pas choquer la communauté internationale. »

Des résistances… au Vietnam notamment

Ce qui pose alors la question de la normalisation de nos modes alimentaires. Mangera-t-on un jour tous la même chose et seulement une poignée d’aliments qui ne choque aucune culture ? « C’est un risque permanent et bien identifié, commence Jean-Pierre Poulain. En même temps, les changements de comportement sont lents et des résistances se font jour. » Y compris pour défendre la consommation de viandes de chien en Asie.

Jean-Pierre Poulain parle alors du Vietnam, pays qu’il connaît bien. « Il y a trente ans, le pays était dans le déni ou réduisait la consommation de viande de chiens aux gens du nord vivant dans les campagnes reculées, raconte le sociologue. Aujourd’hui, le complexe est moins fort. Des restaurants affichent même à l’entrée « viande de chien » sur des pancartes. »

>> Lire aussi: La «fête de la viande de chien» débute comme prévu à Yulin, 10.000 animaux menacés

>> Lire aussi: Carrefour retire la viande de chien de ses magasins chinois

 

*« La législation actuelle réprime la destruction volontaire et les actes de cruauté commis envers les animaux domestiques. Il est de ce fait interdit de tuer un animal pour sa consommation », expliquait la SPA [Société protectrice des animaux] interrogée en décembre 2014 par France Info.