SNCF: Dans les Pays de la Loire, les guichets des petites gares en voie de disparition

SNCF La SNCF annonce vouloir «diminuer le volume des horaires d'ouverture des guichets» dans 33 gares TER (sur 45) de la région Pays de la Loire...

Julie Urbach

— 

Illustration d'un guichet SNCF
Illustration d'un guichet SNCF — F. Dufour/ AFP
  • De nouveaux services sont en cours de déploiement dans la majorité des gares TER de la région.
  • Objectif de la SNCF : attirer une autre clientèle qui se tourne de plus en plus vers la vente en ligne.
  • Les syndicats, qui craignent des licenciements, se mobilisent « pour conserver ces services de proximité ».

Les 40 % de voyageurs qui achètent encore leurs billets de train aux guichets devront changer leurs habitudes. Alors que la SNCF prépare son « adaptation aux nouvelles pratiques d’achat », 33 gares (sur 45) des Pays de la Loire vont subir des transformations, notamment en ce qui concerne la distribution des billets. « D’ici à 2020, nous allons diminuer le volume des horaires d’ouverture des guichets, a annoncé mardi Stéphanie Dommange, directrice régionale à la SNCF. Nous déploierons de nouveaux services. »

« Etre là où les clients sont »

En Loire-Atlantique, une vingtaine de communes sont ciblées et la majorité des petites gares TER de l’agglo nantaise sont concernées. Après le guichet de Couëron, celui de Vertou serait le prochain sur la liste et pourrait fermer le 6 juillet prochain. « Le but est d’être présents là où les clients sont, justifie Stéphanie Dommange, qui constate un essor de la vente en ligne ou sur automates (et une baisse de 24 % en trois ans de la fréquentation aux guichets). Nous allons former les guichetiers pour qu’ils deviennent des agents polyvalents et mobiles. »

Quatre gares mobiles sillonnent la région
Quatre gares mobiles sillonnent la région - J. Urbach/ 20 Minutes

De nouveaux dispositifs ont été imaginés pour attirer la clientèle et remplir l’objectif de 10 % de voyageurs en plus dans les TER des Pays de la Loire dans les deux prochaines années. Comme cette «gare mobile» (un camion aménagé en point de vente qui se déplace sur les marchés, plages ou lieux touristiques) ou encore cet appareil dont les commerces et offices du tourisme pourront s’équiper pour vendre eux-mêmes des billets de train. « Des visio-guichets sont également en test dans deux gares de la région, indique la SNCF. Il s’agit de bornes grâce auxquelles les usagers peuvent discuter et demander conseil à un agent, via un écran ». Une réflexion sera menée avec les collectivités pour « imaginer de nouveaux usages » aux gares.

Les syndicats mobilisés

Des projets de transformation qui ne plaisent pas aux syndicats, qui ont rajouté ce mot d’ordre à la mobilisation nationale contre la réforme du statut des cheminots. Une pétition de plus de 6.000 signatures a été remise, la semaine dernière, à la présidente de région Pays de la Loire Christelle Morançais. « On doit se battre pour conserver ces services de proximité, réagit Loïg Garrec, de la CGT Cheminots, soutenue par l’opposition régionale (PS). Et éviter les licenciements, car on craint qu’il n’y ait pas de solution de reclassement pour tout le monde. » Selon la CGT, le point de vente de la place de la Bourse pourrait aussi fermer ses portes.

Les gares concernées

En Loire-Atlantique, les gares d'Ancenis, Saint-Herblain, Bouaye, Chantenay, Clisson, Couëron, La Baule, Le Pallet, Le Pouliguen, Pornic, Pornichet, Machecoul, Nort-sur-Erdre, Rezé, Saint-Etienne de Montluc, Saint-Nazaire, Sainte-Pazanne, Savenay et Vertou.