Dons: Les habitants de PACA sont-ils réellement les plus généreux de France ?

SONDAGE Une enquête Odoxa pour Leetchi s’est intéressée à ce que donneNT les Français chaque année à des associations, fondations, projets ou particuliers...

F.P.

— 

Adriana Karembeu, aux cotés de bénévoles de la Croix rouge française, avant une opération de collecte en juin 2007.
Adriana Karembeu, aux cotés de bénévoles de la Croix rouge française, avant une opération de collecte en juin 2007. — JOEL SAGET / AFP
  • En moyenne, les Français donnent 246 euros par an et par habitant à des associations, fondations projet ou à des particuliers, selon une enquête de l’institut de sondage Odoxa.
  • L’étude montre des disparités d’une région à l’autre. C’est ainsi en région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur qu’on donne le plus avec une moyenne de 355 euros. À l’opposé, on trouve la Normandie avec une moyenne de 163 euros par mois.
  • Mais la générosité ne se mesure pas qu’aux dons d’argent. L’étude d’Oodxa a pris en compte également les dons non financiers : dons de vêtements, de nourriture, temps consacrés à des associations. Certaines régions se rattrapent alors.

 

246 euros par an. C’est ce que donnent en moyenne les Français chaque année à des associations, fondations projet ou à des particuliers. L’institut de sondage Odoxa a passé au crible ces dons pour une étude commandée par Leetchi, plateforme de cagnottes en ligne, et diffusée ce mardi matin dans la presse régionale et sur France Bleue.

L’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 3.015 Français interrogés sur Internet du 26 avril au 2 mai dernier. « Elle ne s’est pas seulement intéressée aux dons financiers mais à tous les paramètres de la générosité, précise à 20 Minutes Gaël Sliman, président et cofondateur d’Odoxa. A savoir les dons de vêtements, de nourriture, de jouets, de chèque restaurant… Ou tout simplement le temps consacré chaque année à une association. »

PACA, la région la plus généreuse en dons… financiers

Le tout donne une image des Français plus généreux qu’ils ne pensent l’être. « Huit Français sur dix déclarent ainsi chaque année faire des dons d’argents à des associations, fondations, des projets voire à des particuliers y compris des proches, poursuit Gaël Sliman. Mais si on agrège tous les dons non-financiers, ce sont alors neuf personnes sur dix qui chaque année font un geste caritatif. Autrement dit, pratiquement tout le monde donne. » Près d’un Français sur cinq (18 %) le fait même régulièrement.

Y a-t-il cependant des coins de l’Hexagone où l’on se montre plus généreux qu’ailleurs ? L’enquête Odoxa-Leetchi a comparé les volumes moyens de dons d’argent d’une région à l’autre et les différences sont parfois importantes. La région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur caracole en tête avec la somme de 363 euros par an donné par habitant en moyenne. Suivent l’Île-de-France (355 euros) et la région Auvergne Rhône-Alpes (313 euros). C’est bien au-dessus de la moyenne nationale de 246 euros. C’est surtout deux fois plus que les sommes données en moyenne par les habitants des Hauts-de-France (170 euros), des Pays-de-la-Loire (167) et de Normandie (163 euros).

Des régions qui se rattrapent sur des dons en nature

Gaël Sliman n’en conclut pas pour autant que ces trois régions, tout en bas du classement, n’en sont pas pour autant forcément les moins généreuses de France. « On ne parle pour l’instant que des dons financiers, rappelle-t-il déjà. Il n’est alors pas si étonnant de retrouver PACA, Auvergne-Rhône-Alpes et Ile-de-France en tête des régions les plus généreuses en don d’argent. Ce sont aussi celles où le revenu disponible par habitant est le plus fort ».

Et puis, une nouvelle fois, le président d’Odexa invite aussi à prendre en compte les dons non financiers et les nouvelles formes de générosité. Des régions se rattrapent alors. Comme la Normandie. Si elle est la région où l’on donne le moins d’argent, elle arrive en revanche en tête du classement des dons de jouets ou de livres. En Bretagne, on est très au-dessus de la moyenne en ce qui concerne les dons de vêtements et de nourriture. » Quant aux Hauts-de-France, « ils sont très forts sur le crowdfunding (financement participatif) », observe enfin Gaël Sliman.

La recherche médicale, cause préférée des Français ?

Autre enseignement de l’enquête : c’est à la recherche médicale que les Français préfèrent faire des dons. Ce domaine concentre 43 % des dons. Suivent la protection de l’enfance (36 %), la lutte contre la pauvreté (35 %).

« Nous avons également demandé aux sondés quels étaient les éléments qui les inciteraient à faire plus de dons, indique enfin Gaël Sliman. Il apparaît alors que le principal levier est nettement la transparence : sur l’utilisation des fonds, le destinataire du don ou encore l’assurance que le don serve réellement à quelque chose. »