Marlène Schiappa cite Marx… et se fait sèchement recadrer par son père

SOCIAL Jean-Marc Schiappa, ancien professeur et militant trotskiste, a donné une petite leçon d’histoire à sa fille…

H. B.

— 

Marlène Schiappa, Secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, le 5 octobre 2018 à Paris.
Marlène Schiappa, Secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, le 5 octobre 2018 à Paris. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Dans la famille Schiappa, tous n’ont pas les mêmes opinions politiques… Dans un message publié ce vendredi sur Facebook, Jean-Marc Schiappa, père de Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, a sèchement recadré sa fille qui a récemment invoqué le philosophe Karl Marx pour justifier la politique sociale d’Emmanuel Macron, rapporte Le Monde.

« Toucher 550 € de RSA/mois ne permet pas de sortir de la pauvreté s’il n’y a pas d’accompagnement efficace vers le travail. Un vrai travail, un vrai salaire : voilà le projet du gouvernement ! L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes (K. Marx) », a tweeté ce jeudi la ministre.

Petite leçon d’histoire

Jean-Marc Schiappa, militant trotskiste et spécialiste du révolutionnaire Gracchus Baboeuf, a d’abord tenu à corriger une première erreur faite par sa fille concernant la citation qu’elle attribue à Karl Marx. « C’est la 1ère Internationale [qui] écrit, sur proposition de Karl Marx (donc il est inexact de citer cette phrase comme venant du seul Marx) ».

Le militant trotskiste, d’obédience lambertiste, ne s’arrête pas là. Sans jamais nommer sa fille, Jean-Marc Schiappa se lance dans une leçon d’histoire d’économie politique. « Il s’agit d’une œuvre collective (« les travailleurs ») et non individuelle (chaque travailleur devant se débrouiller tout seul) ; le but est l’émancipation collective (et non une réussite personnelle - laquelle, au demeurant ?), celle des travailleurs, du prolétariat. On ne peut attendre de salut de personne sauf de l’action organisée, donc consciente », explique-t-il.

« Allez monte ta start up »

Mais l’attaque la plus virulente concerne directement la politique d’Emmanuel Macron qui avait déclaré en 2017 vouloir faire de la France une start up nation. Faisant référence au marxisme, il explique que « ce n’est en rien une défense de l’individualisme petit-bourgeois (« allez, monte ta start-up, toi aussi »). Au passage, détruire les aides sociales n’est pas un problème pour ceux (et celles) qui montent leurs start-up en bénéficiant des exonérations fiscales, primes diverses de l’Etat etc... », écrit le père de Marlène Schiappa.

Reconnaissant sur Twitter « un désaccord politique » avec son père, Marlène Schiappa a réagi sur Twitter, dénonçant « le patriarcat » de l’article du Monde. « Le patriarcat a de beaux jours devant lui », a-t-elle tweeté, regrettant que le quotidien du soir n’ait rien relevé des « avancées » mise en œuvre grâce à son action dans le domaine de l’égalité salariale entre hommes et femmes.