Ariège: Les chevaux Mérens renaissent grâce à l'élevage collaboratif

SOCIETE Lancée en juillet 2016, la plateforme d'élevage équin collaborative My Horse Family s'investit dans la sauvegarde du cheval Mérens en Ariège...

Julie Rimbert

— 

India est la première pouliche ariégeoise de race Mérens née par élevage collaboratif.
India est la première pouliche ariégeoise de race Mérens née par élevage collaboratif. — Animagine Consulting
  • India, la première pouliche de race Mérens née par le biais de l’élevage collaboratif, sera présentée au Festival Cheval Roi à Toulouse.
  • Près de 4.000 euros ont été récoltés grâce aux 21 copropriétaires pour le développement de cette pouliche.
  • Sept poulains sont déjà nés en 2017 grâce à My Horse Family.

Elle sera la star du Festival Cheval Roi à Toulouse du 22 au 24 juin, à l’hippodrome de la Cépière. Elle, c’est India, la première pouliche ariégeoise de race Mérens née via l’élevage collaboratif. La pouliche a vu le jour le 10 mai 2018 grâce à 21 copropriétaires qui ont investi de l’argent sur la plateforme My Horse Family.

Créée en juillet 2016, cette start-up propose aux particuliers qui veulent découvrir le monde de l’élevage équin d’acquérir des parts sur des poulains et de suivre leur développement tout au long du projet.

Une part à 86 euros

C’est donc naturellement une race de la région Occitanie, à savoir le Mérens en Ariège, proche de la disparition dans les années 1970, que My Horse Family a choisi de mettre un coup de projecteur. « Un éleveur d’une cinquantaine de chevaux Mérens, Thierry Laffite, a rejoint la plateforme en décembre ce qui permet aux copropriétaires intéressés d’avoir un panorama complet des races en France, même le Mérens, explique Romain Levy, président de My Horse Family. Le montant de départ était de 86 euros pour une part. »

Pour Thierry Laffite, « en choisissant de soutenir un Mérens, les copropriétaires contribuent à la sauvegarde d’une race menacée mais ils peuvent aussi participer à son éducation ». L’éleveur ariégeois a ainsi pu récolter 4.000 euros pour élever sa pouliche. Avec ces fonds, l’éleveur s’est notamment équipé d’une caméra de surveillance dans le box de sa poulinière, ce qui lui a permis de repérer un comportement anormal chez la jument au moment de son poulinage et de sauver la pouliche. Chaque année, environ 180 naissances de Mérens sont comptabilisées en France.

Sept poulains nés en 2017

En 2017, sept poulains ont vu le jour un peu partout en France grâce à 70 copropriétaires de My Horse Family, soit 4 à 24 co-éleveurs par poulain. Cette année, une dizaine doit naître via la plateforme qui a déjà réuni près de 350.000 euros depuis son lancement.

« Les profils des copropriétaires qui s’investissent sont variés, du passionné de cheval au grand-père qui veut montrer à ses petits-enfants l’évolution d’un poulain, précise Romain Levy. Certains éleveurs sont assez âgés donc le soutien par financement participatif de leur élevage permet de pérenniser leur activité locale. »