PHOTOS. Lyon: Une quarantaine d'aventuriers de 23 à 70 ans va rejoindre la Chine en vélo solaire

DEFI Les participants se sont élancés ce vendredi midi de Lyon en direction de Guangzhou…

Garance Ferrard

— 

Derniers réglages pour les aventuriers du Sun Trip 2018 Lancer le diaporama
Derniers réglages pour les aventuriers du Sun Trip 2018 — Garance Ferrard
  • 42 participants vont tenter de rejoindre Guangzhou en Chine en moins de 50 jours.
  • Avec un vélo solaire, ils pourront parcourir jusqu’à 400 km par jour.
  • Le but de cette course est de promouvoir de nouvelles formes de mobilités.

Douze mille kilomètres, c’est la distance que vont parcourir 42 aventuriers un peu foufous lors du Sun Trip 2018. Le départ a été donné à Lyon ce vendredi midi. Il s’agira de rejoindre Guangzhou en Chine à l’aide de vélos électriques solaires, sans itinéraire imposé ni assistance. Le tout en moins de 100 jours. Le but est de redécouvrir la mythique Route de la soie tout en promouvant de nouvelles formes de mobilités.

Les vélos sont équipés d’un moteur alimenté par des batteries, rechargées à l’énergie solaire. La seule règle imposée par la course est de ne pas les brancher sur secteur, sous peine de disqualification.

8 à 10 heures de vélo par jour

Sur la ligne de départ, Lionel, originaire de Savoie, procède aux derniers ajustements. Il compte bien profiter de l’occasion pour promouvoir son association d’éco-mobilité, EM-project. « Mais je suis là aussi pour faire des rencontres et découvrir des pays », explique-t-il. C’est sa première participation à un tel événement « J’ai déjà fait des petits voyages mais rarement plus d’une semaine », confesse-t-il.

Avec en moyenne 8 à 10 heures de vélo quotidiennement, chacun devra s’organiser pour dormir ou manger. « J’ai ma toile de tente, quelque chose pour filtrer l’eau… Le but c’est vraiment d’être autonome », poursuit le Savoyard précisant qu’avec un vélo solaire, il est possible de rouler plus de 400 km par jour.

Reste un problème important et imprévisible à gérer : la pluie ! « Il va falloir optimiser nos ressources pour continuer d’avancer les jours de mauvais temps. C’est plus contraignant ! On a quand même le poids du vélo et des panneaux. » A savoir une charge de 65 kg.

Une aventure physique et technologique

Corinne, 67 ans, participe également pour la première fois. « J’ai déjà fait tout le Canada à vélo électrique mais là c’est vraiment un nouveau challenge, un défi physique et technologique. »

Florian Bailly est le premier à avoir déjà effectué ce périple, en 2010. C’est ainsi qu’il a eu l’idée de créer le Sun Trip trois ans plus tard. « Maintenant, j’aimerais un jour, on parle d’un Lyon-Guangzhou solaire comme on parle du Paris Dakar », conclut-il.