Affaire Tariq Ramadan: Une pétition internationale d'une centaine d'intellectuels exigent la libération du théologien

SOUTIEN « Existe-t-il une forme de justice pour les musulmans en France et une autre pour tous les autres ? », s’interrogent notamment les signataires de cette tribune…

H. B.

— 

Tariq Ramadan, le 7 avril 2012 au Bourget.
Tariq Ramadan, le 7 avril 2012 au Bourget. — Jacques DEMARTHON / AFP

Ils réclament « une procédure équitable ». Une centaine d’intellectuels réputés et reconnus dans leur discipline ont publié une lettre ouverte pour dénoncer le traitement judiciaire réservé à l’islamologue Tariq Ramadan, inculpé et incarcéré pour viols en France.

Dans cette missive relayée jeudi par le Groupe pour le droit à une procédure équitable pour Tariq Ramadan (DPETR), ces personnalités internationales exigent une justice « équitable » pour Tariq Ramadan et dénoncent les conditions de détention de l’homme de 55 ans : un droit limité aux visites familiales, l’absence d’accès à son dossier judiciaire ou encore des conditions non adaptées à son état de santé, rapporte Libération.

« Existe-t-il une forme de justice pour les musulmans en France et une autre pour tous les autres ? »

Les intellectuels signataires de cette tribune mettent en cause l’impartialité des magistrats. « Tariq Ramadan a-t-il bénéficié de l’égalité de traitement tant appréciée par la France, alors que des personnalités politiques de haut rang accusées de faits similaires continuent de bénéficier de leur liberté de mouvement ? », écrivent les intellectuels essentiellement européens, américains et arabes, parmi lesquels figurent le cinéaste Ken Loach, le philosophe canadien Charles Taylor, le journaliste britannique Peter Oborne, ainsi que des chercheurs et des politiciens.

Les signataires de la pétition vont plus loin. « Pourquoi Tariq Ramadan a-t-il été privé de liberté sous caution lors de l’enquête préliminaire (alors) qu’il s’est rendu volontairement à l’interrogatoire et a donné toutes les garanties requises ? (…) Existe-t-il une forme de justice pour les musulmans en France et une autre pour tous les autres ? », s’interrogent-ils.

Aucun intellectuel français de renom

« Les magistrats français semblent ignorer les diagnostics de neuf médecins qui stipulent que Tariq Ramadan souffre d’une sclérose en plaques, y compris l’avis de l’autorité médicale en chef de la prison qui a confirmé que son état de santé n’était pas compatible avec le maintien en détention », est-il également écrit dans cette lettre.

Pour le moment, aucun intellectuel français de renom, hormis le politologue et islamologue François Burgat, ne s’est joint à cette pétition. Le DPETR, qui multiplie les actions de soutiens envers Tariq Ramadan, avait déjà lancé en avril une pétition pour demander la remise en liberté du théologien qui a recueilli plus de 150.000 signatures.