Journée mondiale contre la faim: Ils sauvent des invendus pour venir en aide aux plus démunis

ANTI-GASPI L’association Cœurs Résistants récupère des produits invendus sur les marchés ou dans les grandes surfaces…  

Jérôme Gicquel

— 

La distribution a lieu quatre jours par semaine dans les locaux de l'association.
La distribution a lieu quatre jours par semaine dans les locaux de l'association. — Cœurs Résistants
  • A Rennes, Cœurs Résistants distribue des produits invendus aux personnes démunies.
  • L’association a aidé 21.000 personnes l’an dernier.
  • Pour faire face à une demande en hausse et mieux gérer les collectes, les bénévoles ont lancé un appel au financement participatif pour acheter un camion.

Les chiffres font froid dans le dos. Chaque année, 10 millions de tonnes d’aliments consommables partent chaque année à la poubelle en France. Alors qu’on célèbre ce vendredi la Journée mondiale contre la faim, plusieurs associations caritatives ont fait de la lutte contre le gaspillage alimentaire un combat.

C’est le cas de Cœurs Résistants à Rennes. Fondée en 2015, l’association a commencé ses activités en effectuant des maraudes dans le centre-ville le vendredi et le dimanche soir. « On récupérait des produits invendus sur le marché de Bruz et on les redistribuait ensuite. On a ensuite élargi notre collecte à d’autres marchés et à des grandes surfaces », indique Mathieu Jeanvrain, cofondateur et trésorier de l’association.

Une aide gratuite sans justificatif de ressources

En 2016, Cœurs Résistants a élargi son champ d’action en ouvrant une épicerie gratuite dans ses locaux, situés rue Legraverend. Chaque jour, des dizaines de personnes démunies viennent récupérer un panier de produits frais sur le point d’être jetés ou ne répondant pas aux critères de la grande distribution. « On essaie de coller au plus près à la demande et donnant aux personnes les produits qu’ils ont demandés », assure Simon, bénévole.

Particularité de l’association, l’aide alimentaire est proposée à tout un chacun, sans justificatif de ressources. « Certaines personnes dépassent parfois de seulement quelques euros le plafond pour avoir une aide, c’est assez cruel. D’autres, qui auraient pourtant le droit à une aide, ne le font même pas car il faut monter un dossier et cela prend du temps », souligne Mathieu.

Un camion pour mieux gérer les collectes

Signe d’une précarité grandissante, l’association, où les bénéficiaires sont également bénévoles, a aidé près de 21.000 personnes l’an dernier, contre un peu plus de 10.000 en 2016. Pour gérer au mieux cette demande en hausse, les bénévoles de Cœurs Résistants cherchent désormais à optimiser les circuits de collecte des denrées. Cela passe par l’achat d’un camion avec un appel au financement participatif qui a été lancé début juin. Objectif de la collecte : 8.400 euros.

>> A lire aussi : «Nous», l’épicerie antigaspillage qui accepte tous les produits, même difformes