«Petits revenants»: Comment la Seine-Saint-Denis gère le retour des enfants de Syrie ou d'Irak

ENQUÊTE Sur les 77 mineurs de retour de Syrie, le département de Seine-Saint-Denis en a accueilli 37 depuis la fin de l'année 2016. Le président du conseil départemental demande à ce que cette compétence soit reconnue...

Caroline Politi

— 

Un enfant tient la main d'un adulte (photo d'illustration)
Un enfant tient la main d'un adulte (photo d'illustration) — FRED TANNEAU / AFP
  • Sur les 77 enfants de retour de Syrie, la Seine-Saint-Denis en a accueilli 37 depuis la fin de l'année 2016.
  • Le président du conseil général, Stéphane Troussel, a écrit au Premier ministre pour demander des moyens supplémentaires.
  • Depuis mars 2017, une circulaire encardre leur accompagnement. 

Elle bondit en entendant le terme « bombe à retardement ». Peut-on vraiment désigner ainsi des enfants, même s’ils ont passé les premiers mois de leur vie en zone irako-syrienne, sous le régime de Daesh ? « Je n’ai pas de boule de cristal pour l’avenir mais je ne crois pas au déterminisme sinon je ne ferais pas ce métier », insiste Delphine*, responsable de l’aide sociale à l’enfance (ASE) en Seine-Saint-Denis. L’expression a pourtant été employée en janvier dernier par un homme que l’on ne pourrait accuser de chercher à faire le buzz :  François Molins. « Ces gamins ont vécu dans des conditions qui ne sont pas normales, avec des valeurs différentes de celles de nos sociétés occidentales. Certains ont assisté à des décapitations, voyaient des armes à la maison, avec des valeurs antidémocratiques, anti-tout », a déclaré le procureur de la République à Paris, insistant sur la nécessité d’innover en matière de prise en charge.

Soixante-dix sept mineurs de retour de Syrie ou d’Irak

Sur les quelque 500 mineurs qui se trouvaient en Syrie ou en Irak, 77 sont revenus depuis 2013, selon les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur. Parmi eux, cinq mineurs, adolescents à leur arrivée aujourd’hui majeurs, ont été condamnés pour « association de malfaiteurs terroriste » et trois sont en détention provisoire, précise une source judiciaire. Les autres sont considérés comme des enfants en danger et pris en charge par les services sociaux, le plus souvent en Seine-Saint-Denis. Non pas parce que leurs parents en sont originaires mais parce que ces mineurs atterrissent à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, rattaché à la juridiction du tribunal de Bobigny.

Depuis la fin de l’année 2016, l’aide sociale du département s’est occupé 37 enfants, âgés de 3 mois à 13 ans pour l’aînée, la grande majorité ayant moins de cinq ans. C’est peu au regard des 5.000 jeunes dont elle a la charge mais la complexité de ces cas nécessite un engagement spécifique. Fin mars, le président du conseil départemental a écrit au Premier ministre pour l’alerter sur la « complexité de l’accompagnement » de ces mineurs. « C’est un enjeu qui dépasse largement notre département mais que nous avons toujours assumé. Nous souhaitons que cet engagement soit reconnu car ces enfants demandent une coordination plus lourde pour nos services et donc plus de moyens », précise aujourd’hui Stéphane Troussel. Pour l’heure, sa missive est restée lettre morte.

Un placement provisoire systématique

En attendant, sur le terrain, la collaboration s’organise entre la justice, l’aide sociale à l’enfance ou encore l’agence régionale de santé pour prendre en charge ces « petits revenants ». Depuis mars 2017, une circulaire encadre la marche à suivre dès leur sortie de l’avion. Désormais, le procureur émet systématiquement une ordonnance de placement provisoire, en moyenne entre quinze jours et un mois, à leur arrivée, le temps que les parents soient entendus par la justice et de parer au plus urgent. Leur dossier est ensuite repris par un juge pour enfants qui décide de prolonger ou non le placement.

La française Mélina Boughedir a été condamnée à 20 ans de prison en Irak. Trois de ses quatre enfants ont été rapatriés en France.
La française Mélina Boughedir a été condamnée à 20 ans de prison en Irak. Trois de ses quatre enfants ont été rapatriés en France. - STRINGER / AFP

Sur les 37 enfants arrivés depuis un an et demi en Seine-Saint-Denis, seuls six, dont une fratrie de quatre, ont été remis à leur famille à l’issue d’une courte période de placement. « Ce sont à chaque fois des cas où l’un des parents a emmené les enfants en Irak ou en Syrie sans l’accord de l’autre », précise la directrice de l’ASE. A l’instar de cette adolescente qui a passé plusieurs années sur zone avec sa mère et son beau-père. « C’est son père biologique qui a signalé son départ, il s’est battu pour qu’elle rentre en France. L’enquête a rapidement conclu qu’il n’avait absolument rien à voir avec la radicalisation de son ex-épouse », précise Me Jérémie Boccara, l’avocat de la mère de l’adolescente.

Une attention toute particulière

Dès leur descente d’avion, les mineurs sont examinés par le médecin de l’aéroport avant de passer quelques jours plus tard un bilan pédiatrique. Rares sont ceux à souffrir de pathologies physiques graves mais tous sont dans un état de fatigue avancé, lié aux conditions de leur retour en France ou à un séjour prolongé en centre de rétention. Le bilan psychologique est, en revanche, plus long. « Au début, ces enfants sont en crise, ils viennent d’être séparés de leur mère sans bien comprendre pourquoi. Il nous faut trois mois environ pour faire un bilan complet », précise le Pr Thierry Baubet, chef d’un des services de pédopsychiatrie qui les suivent. Une thérapie adaptée à plus long terme est ensuite proposée en fonction de leurs besoins.

A quelques exceptions près, les juges privilégient un placement en famille d’accueil plutôt qu’en foyer. Toutes sont volontaires, très expérimentées et n’ont pas d’autres enfants à charge. La raison est d’abord matérielle : il s’agit généralement de fratries qu’il n’est pas souhaitable de séparer. Ce choix est également dicté par l’attention particulière qu’ils demandent. Aucun de ces « petits revenants » n’a été enfant-soldat ou n’a fréquenté les écoles pour « lionceaux du califat » mais certains ont perdu un parent, d’autres ont grandi sous les bombardements, ont passé plusieurs semaines en centre de rétention ou ont manqué de nourriture. « Ils ont subi des traumatismes précoces et présentent tous types de troubles post-traumatiques : de l’attachement, du développement, de l’hyperactivité… Ces angoisses peuvent revenir bien des années plus tard, à l’adolescence par exemple, d’où la nécessité d’une prise en charge précoce et sur la durée », précise le Pr Thierry Baubet.

Une séparation brutale

La séparation brutale avec leurs mères dès l’arrivée en France accentue ce traumatisme. « Ce sont des enfants en proie à un fort conflit de loyauté, on peut questionner l’endroit où ils ont vécu, le système de valeurs de leurs parents mais ils ont été aimés et n’ont pas subi de maltraitances », précise la directrice de l’ASE. Leur état, leurs symptômes varient en fonction de leur histoire et de leur âge. Certains parlent à peine français et manifestent un référentiel de valeurs très différent ; savent par exemple, avant même d’avoir six ans, ce qu’est une kalachnikov. D’autres, en revanche, semblent avoir été plus préservés. Me Jérémie Boccara assure ainsi qu’une de ses clientes mise en examen à son retour de Syrie a préféré faire elle-même l’école à sa fille plutôt que de la scolariser sur place. « Dans tous les dossiers que j’ai, les parents ont cherché à donner une éducation “à la française” à leurs enfants », indique l’avocat.

Les enfants accueillis par l'Aide Sociale à l'Enfance de Seine-Saint-Denis ont entre 3 mois et 13 ans à leur arrivée.
Les enfants accueillis par l'Aide Sociale à l'Enfance de Seine-Saint-Denis ont entre 3 mois et 13 ans à leur arrivée. - JOHN MACDOUGALL / AFP

Reprendre une vie « normale » passe également par le maintien des liens familiaux. Les enfants dont les parents sont incarcérés leur rendent visite en prison tous les 15 jours environ. Des déplacements lourds à gérer pour les services sociaux mais nécessaires pour l’équilibre des enfants. Dans certains cas, la garde est réclamée par la famille élargie, souvent les grands-parents. Une enquête approfondie est alors menée par la protection judiciaire de la jeunesse, systématiquement co-saisie dans ce type de dossier. Mais ces enquêtes sont longues et pour l’heure aucune demande n’a abouti. « C’est du temps perdu qui distend les liens familiaux mais ces cas sont exceptionnels, on peut comprendre que le droit de garde soit examiné attentivement », reconnaît Me Vincent Brengarth, qui défend avec William Bourdon, plusieurs familles.

« Il n’y a pas de formule miracle »

Les juges sont également confrontés à un dilemme : vaut-il mieux faire revenir les enfants dans leur région d’origine au risque de les éloigner de leurs parents incarcérés en région parisienne ? Pour l’heure, les magistrats de Bobigny ne se sont dessaisis d’aucun dossier au profit de magistrat d’autres juridictions (à l’exception des enfants rendus à leur parent resté en France). En attendant, tous s’organisent pour donner à ces enfants la vie la plus classique possible, retourner à l’école, faire du sport, avoir des copains… « On apprend au fur et à mesure, il n’y a pas de formule miracle ni de manuel pour gérer cette situation, mais s’adapter, ça fait partie de notre métier », confie modestement la responsable de l’aide sociale.