Alsace: «10% de fichés S» dans le Bas-Rhin? Comment le département lutte-t-il contre la radicalisation?

RADICALISATION Alors que le maire de Strasbourg a parlé de « 10 % de fichés S » du pays se trouvant dans le Bas-Rhin, voilà comment ce département parmi les plus touchés par la radicalisation s’est organisé pour faire face…

Bruno Poussard

— 

Un ami de l'auteur de l'attaque au couteau perpétrée en mai à Paris, arrêté le lendemain dans le quartier de l'Esplanade à Strasbourg.
Un ami de l'auteur de l'attaque au couteau perpétrée en mai à Paris, arrêté le lendemain dans le quartier de l'Esplanade à Strasbourg. — P. Hertzog / AFP.
  • En mai, une attaque au couteau a été perpétrée à Paris par un jeune homme qui a grandi à Strasbourg, et ce mardi trois radicalisés originaires de Wissembourg ont été jugés.
  • Parmi les départements français les plus fortement impactés par la radicalisation, comment le Bas-Rhin s’est-il organisé pour lutter et prévenir ce problème ?
  • Depuis 2014, de nombreux acteurs, collectivités, associations locales et Education nationale participent à ce travail autour du parquet et de la préfecture.

Il y a eu les jeunes de la Meinau partis pour le djihad en Syrie. Le terroriste du Bataclan qui a grandi à Wissembourg.  L'ex-employé de la mairie de Schiltigheim devenu combattant de l’Etat islamique. Ou, plus récemment, l’auteur de l’attaque au couteau à Paris qui a d'abord grandi dans cette commune du nord de l’Eurométropole.

Nombre de médias n’ont pas hésité à parler de « filière de Strasbourg » ou de « filière bas-rhinoise » ces dernières années. Cette semaine encore  trois Alsaciens ont été jugés pour association de malfaiteurs terroriste devant le tribunal de grande instance de Paris. Mi-mai, le maire de Strasbourg estimait  dans Le Figaro que 10 % des fichés S du pays se trouvent dans le département.

De premiers cas de radicalisation signalés en 2013

Même auprès de la préfecture, dur « de confirmer ou d’infirmer » ce chiffre. Mais le Bas-Rhin est un des départements impactés par la radicalisation. Lieu d’accueil de jeunes au sentiment de mal-être indéfini à Strasbourg, la Maison des adolescents a été sollicitée avec de telles « préoccupations » dès 2013. Delphine Rideau, sa directrice ajoute :

Rapidement, la diversité des profils a interpellé avec, aussi, de jeunes filles concernées. »

 

Les premiers cas signalés et les premiers départs repérés ont obligé plusieurs acteurs à se poser des questions. D’autant que Strasbourg – sa cathédrale, ses touristes, son symbole européen et humaniste – avait été menacé dès 2000 sur son propre territoire d'une tentative d'attentat avec des explosifs en plein cœur de son marché de Noël.

Un réseau d’acteurs mis en place à partir de 2014

La préfecture du Bas-Rhin a installé un dispositif dédié à partir de mai 2014. Renforcé et évolué ensuite, il compte plusieurs cellules. Dont une pour la détection (et l’évaluation des signalements reçus au numéro vert «anti-djihad») avec des représentants des forces de l’ordre et du renseignement, du parquet ou de l’Education nationale.

Car tous ne sont pas pertinents. Comme celui, presque absurde, de ce membre d’un établissement scolaire alsacien pour une élève qui avait emprunté le Coran au CDI, ou ceux faits en pleine procédure de divorce. Mais à côté, 165 nouveaux dossiers ont été ouverts en 2017 dans le Bas-Rhin (contre près de 400 en 2016 et plus de 500 en 2015).

Un adjoint au maire et un chargé de mission à Strasbourg

Au-delà de la détection, la préfecture a rassemblé les grandes collectivités locales du Bas-Rhin dans des cellules d’échanges dites d'« accompagnement » et de « prévention ». Derrière ce « protocole » départemental visant à définir les rôles ou les modalités de circulation de l’information, plusieurs acteurs se sont engagés ensemble dans la lutte.

Dans les limites de ses compétences, la ville de Strasbourg a pris le pas en 2015. « Pour moi, la prise de conscience du problème est peut-être plus grande qu’ailleurs », estime Olivier Bitz. En 2016, cet adjoint au maire a été chargé d'une nouvelle compétence : la prévention de la radicalisation violente, qui a aussi vu un chargé de mission nommé.

On est convaincu que chacun doit s’interroger sur ces questions car la menace, endogène et durable, peut venir de toute la société. […] Pourquoi des jeunes grandissent avec une telle haine des valeurs françaises ? »

Des agents du département ou de la ville formés

Pour tenter d’endiguer les départs et améliorer la détection des cas, des actions ont été mises en place par la ville. En informant des associations sportives ou en formant ses agents, par exemple. Autour des enjeux de la radicalisation (pour tous), d’inclusion ou encore de détection (pour ceux des services sociaux ou éducatifs en contact avec le public).

Toujours dans une idée de prévention le plus en amont (et le plus collectivement) possible, des réseaux territoriaux ont aussi été mis en place dans trois quartiers (la cité Spach, l’Elsau et la cité de l’Ill) afin d’effectuer un diagnostic et mobiliser un réseau d’acteurs locaux sur la question. Tous les quartiers de Strasbourg y auront droit. Chargé de mission de la ville, Eric Poinsot ajoute :

La radicalisation n’est pas propre à un seul territoire, un seul quartier. »

De nombreux acteurs pour prévenir et accompagner

Chargé de son côté de la protection de l’enfance, le conseil départemental participe aussi au signalement de mineurs radicalisés, grâce à l’évaluation de ses travailleurs médico-sociaux, aux côtés de ceux des villes. « Pour comprendre les processus de radicalisation », 400 de ses agents ont été formés, et deux sont « référents », en lien avec le parquet et la préfecture :

Le vivre ensemble est questionné. […] Il s’agit de donner les clés aux jeunes pour comprendre les évolutions sociétales et les informer des risques liés à la radicalisation, au racisme, mais aussi des opportunités nouvelles. »

En lien avec des associations locales et de terrain qui se sont en partie spécialisées (comme SOS Aide aux habitants et Viaduq67), ces collectivités bas-rhinoises sont surtout informées lorsqu’une action d’accompagnement sur des stades précoces est envisagée. Une prévention que plusieurs de ces acteurs, dont ceux de la ville de Strasbourg, ont discuté récemment à Boston​.

>> A lire aussi : Pourquoi le programme de lutte contre la radicalisation de Mulhouse n'a connu qu'un seul échec