Nice: Pour Eric Ciotti, «aucun port français» ne doit accueillir l'Aquarius

MIGRANTS Le député LR des Alpes-Maritimes refuse que le bateau de secours aux migrants en Méditerranée débarque en France…

M.F. avec AFP

— 

Le navire Aquarius, le 1er juin 2018 au large des côtes maltaises et italiennes.
Le navire Aquarius, le 1er juin 2018 au large des côtes maltaises et italiennes. — Salvatore Cavalli/AP/SIPA
  • Eric Ciotti s’est élevé vigoureusement mardi contre l’idée que l’Aquarius, avec 629 migrants à bord, puisse être accueilli en Corse.
  • « L’Aquarius, il a une destination toute trouvée, il faut qu’il retourne vers les côtes libyennes », estime-t-il.

Il appelle les autorités françaises à « une grande fermeté là-dessus ». Le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti s’est élevé vigoureusement mardi contre l’idée que l’Aquarius, avec 629 migrants à bord, puisse être accueilli en Corse. « Aucun port français, ni Corse, ni  Nice, ni Marseille, a tranché Eric Ciotti sur CNews. L’Aquarius, il a une destination toute trouvée, il faut qu’il retourne vers les côtes libyennes ».

« On veut que Nice devienne Lampedusa ? », a-t-il lancé, disant espérer « qu’il y aura une extrême fermeté là-dessus des autorités françaises ». Le président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni a proposé mardi d’accueillir sur l’île le navire affrété par une ONG qui a secouru 629 migrants en Méditerranée, enjeu d’un bras de fer entre l’Italie et Malte, qui refusent de le laisser accoster.

« Retour vers les côtes tunisiennes ou vers les côtes libyennes »

L’ONG SOS Méditerranée a pour sa part annoncé que les migrants allaient finalement pouvoir débarquer en Espagne, qui avait proposé de les accueillir. Pour Eric Ciotti, la proposition du gouvernement espagnol « est une erreur ». « Bien sûr qu’il faut sauver ces gens, naturellement c’est une priorité, et l’Europe doit s’y employer. Mais la solution évidente c’est le retour vers les côtes tunisiennes ou vers les côtes libyennes », a-t-il martelé.

« Aujourd’hui l’Europe doit dire très clairement "les bateaux retournent vers le point de départ des migrants" […] Si on a cette fermeté, les flux vont s’interrompre de façon très, très forte et très rapidement. C’est la fermeté qui est gage d’humanité », a-t-il développé.

« L’échec de l’Europe dans sa politique migratoire »

Pour Laurence Sailliet, porte-parole de LR, « accepter ce bateau, c’est cautionner le travail des passeurs, accepter ce bateau, c’est continuer à entretenir cette voie d’immigration ».

« Dans notre programme sur l’immigration, nous demandons à ce que les bateaux retournent sur leur lieu de départ, donc aujourd’hui vous dire le contraire, ce serait mentir et ce serait ne pas être en cohérence avec ce que nous proposons », a ajouté Laurence Sailliet sur RTL, pointant « l’échec de l’Europe dans sa politique migratoire » et le « silence coupable d’Emmanuel Macron ».

Pression migratoire

Eric Ciotti a également dit comprendre la position de l’Italie, qui « d’abord est conforme aux engagements qui avaient été pris électoralement ». « Je comprends la position de l’Italie qui subit depuis des années cette pression migratoire du fait d’une faiblesse globale de l’Europe qui lui a laissé gérer ce problème », a-t-il ajouté.

« Le gouvernement italien, je crois, par sa fermeté, fera avancer les choses », a estimé Eric Ciotti, appelant l’Europe à « changer de politique, faire en sorte que les migrants n’arrivent plus en Europe ».