VIDEO. Les 629 migrants de l'«Aquarius» vont être conduits en Espagne, les élus corses étaient prêts à les accueillir

CRISE Les 629 migrants de l'«Aquarius» étaient bloqués en mer, faute d'un port pour les accueillir...

L.Br. avec AFP

— 

Le navire Aquarius, le 1er juin 2018 au large des côtes maltaises et italiennes.
Le navire Aquarius, le 1er juin 2018 au large des côtes maltaises et italiennes. — Salvatore Cavalli/AP/SIPA

Le sort des migrants de l’Aquarius est enfin fixé. Les 629 migrants vont êtres transbordés sur des navires italiens pour être conduits en Espagne, où le gouvernement de Pedro Sanchez a proposé de les accueillir.

Le port de Valence devrait accueillir les migrants de l’Aquarius dans les prochains jours. Des navires italiens vont prendre le relais du navire de l’ONG SOS Méditerranée, qui ne réunissait pas les conditions de sécurité suffisantes pour aller jusqu’en Espagne.

« Des vivres seront livrés sous peu à l’Aquarius par un navire italien », a précisé l’ONG sur Twitter. Le centre de commandement des secours de Rome « planifie de transborder les rescapés plus tard sur des navires italiens après quoi nous mettrons le cap ensemble sur Valence », a-t-elle ajouté.

L’Aquarius était bloqué en mer à la suite d’un bras de fer entre l’Italie et Malte, qui refusaient tous deux d’ouvrir leurs ports aux migrants. Dans l’impasse, l’Aquarius avait alors reçu une proposition du socialiste Pedro Sanchez, nouveau premier ministre espagnol pour accoster au port de Valence.

La Corse propose l’ouverture de ses ports

Ce mardi, le président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni a également proposé d’accueillir sur l’île le navire affrété par l’ONG SOS Méditerranée. « Manque de vivres, mauvaises conditions météo, et port espagnol trop éloigné : face à l’urgence, le conseil exécutif de Corse propose à @SOSMedFrance d’accueillir l'#Aquarius dans un port #corse », a tweeté l’élu nationaliste. Une demande appuyée par le président nationaliste de l’Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni.

Le nouveau ministre italien de l’Intérieur, le patron de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini avait fait campagne avant les législatives sur le thème de la fermeture des frontières aux migrants, et prévenu qu’une fois au pouvoir, il ferait tout pour empêcher ces débarquements, particulièrement lorsqu’ils sont le fait des ONG qui patrouillent au large de la Libye.

L’Italie, qui a vu quelque 700.000 migrants débarquer sur ses côtes depuis 2013, a régulièrement accusé les Européens d’avoir détourné les yeux et de l’avoir laissée seule face à la crise migratoire.

>> A lire aussi : Quelles règles s'appliquent aux migrants secourus en mer?

>> A lire aussi : Arrêté alors qu'il livrait une pizza, un clandestin échappe à l'expulsion