Loire-Atlantique: Une quarantaine de tracteurs bloquent la raffinerie de Donges

MOBILISATION Une opération escargot, occasionnant plusieurs kilomètres de bouchons, a été menée avant le blocage du site, ce lundi matin...

20 Minutes avec AFP

— 

La raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique), deuxième site pétrolier de France. / AFP PHOTO / JS Evrard
La raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique), deuxième site pétrolier de France. / AFP PHOTO / JS Evrard — AFP
  • Pour alimenter la bioraffinerie Total de La Mède, le gouvernement a autorisé l'importation de 300.000 tonnes d'huile de palme.
  • Pour les syndcats agricoles, qui organisent le blocage de plusieurs raffineries, cette décision met en péril la filière française d'huile de Colza.

On entend parler du site Total de La Mède, bloqué depuis dimanche soir, mais le mouvement contre les «incohérences du gouvernement» sur l'importation de l'huile de palme s'étend. D'abord bloqués par les forces de l'ordre, des agriculteurs ont mené une opération escargot lundi matin sur sur la voie express Nantes-Saint-Nazaire, occasionnant plusieurs kilomètres de bouchons.

Attendus à partir de 10h, les convois de tracteurs ont été bloqués en plusieurs points. «L'opération de blocage ne pouvant se dérouler comme prévu, le plan B est déclenché», a alors annoncé à la presse Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, présente devant l'entrée sud de la raffinerie.

Obstruer l'ensemble des accès

Finalement autorisé à accéder à la raffinerie, un convoi de tracteurs, avec à sa tête une banderole proclamant «Non à l'huile de palme, oui aux colzas», est arrivé vers 11h30 sur le site de Donges. Les agriculteurs ont alors commencé à déverser le contenu de leurs bennes, remplies de pneus et de déchets, devant l'entrée sud, en bordure de Loire, en bloquant complètement l'accès. L'entrée nord a également été bloquée un peu plus tard. Les organisateurs prévoyaient d'obstruer l'ensemble des accès à la raffinerie, ainsi que l'accès au dépôt pétrolier SFDM voisin. U

Une quarantaine de tracteurs étaient positionnés autour du site. «C'est un coup de semonce que nous voulons donner aujourd'hui», a lancé Christiane Lambert. «L'agriculture française, c'est 14% des emplois français. C'est un secteur qui compte. Aujourd'hui 3.000 agriculteurs sont dans la rue. Est-ce qu'ils vont être écoutés ou pas? Nous ne mourrons pas en silence», a-t-elle déclaré devant l'entrée sud de la raffinerie de Donges.