Rhône: Deux petites filles retrouvées mortes dans un logement situé dans une caserne de gendarmes

DRAME C'est la maman des fillettes de 3 et 5 ans qui a fait la macabre découverte en fin de journée dimanche à Limonest, près de Lyon...

E. F avec C.P.
— 
Le corps des enfants a été retrouvé dans un logement de fonction de la  caserne de gendarmes de Limonest. Illustration.
Le corps des enfants a été retrouvé dans un logement de fonction de la caserne de gendarmes de Limonest. Illustration. — Thierry Zoccolan
  • Les deux petites filles ont été retrouvées mortes dans leur chambre dans un logement de fonction de la brigade de gendarmes de Limonest.
  • Les corps doivent être autopsiés ce lundi.
  • Toutes les pistes, criminelle ou accidentelle, sont pour l’heure étudiées par les enquêteurs.

La mère, sous le choc, a été hospitalisée peu après le drame. Vers 17h 30 dimanche, deux petites filles de 3 et 5 ans ont été retrouvées mortes dans leur lit dans un logement de fonction situé au sein de la brigade de gendarmes de Limonest,  près de Lyon, a appris 20 Minutes d’une source proche du dossier, confirmant une information du Progrès.

La mère de famille a alerté les secours après avoir découvert ses deux filles, parties se reposer un peu plus tôt dans l’après-midi, gisant dans leur lit. Malgré l’intervention des pompiers et du SAMU, les deux sœurs n’ont pas pu être ranimées. Selon le premier examen visuel réalisé dimanche, les petites victimes ne présentaient pas de traces de coups, de lutte ou d’ecchymoses.

Au moment du drame, le père de famille, sous-officier au sein de cette brigade, n’était pas présent au sein de la caserne. Il encadrait «un événement sportif», ajoute cette source. L’homme a été entendu dimanche soir ainsi que d'autres personnes présentes dans le logement de fonction au moment des faits.

Aucune piste n'est écartée

Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour « recherche des causes de la mort », afin d’éclaircir les circonstances du décès simultané de ces deux enfants, nés en 2012 et 2014. Les autopsies, prévues ce lundi, devraient permettre d’établir les causes de leur mort.

Des sources de presse évoquent ce lundi matin l'éventualité d'un empoisonnement des deux sœurs par leur mère, en cours de séparation avec son mari gendarme. «C'est une des hypothèses de travail», a indiqué une source proche de l'enquête.

Mais pour l'heure, «aucune piste, criminelle ou accidentelle», n’est écartée par les hommes de la section de recherches de Lyon chargés de l’enquête, précise une autre source à 20 Minutes