C'est l'heure du BIM: Raffineries bloquées, enquête sur Nordahl Lelandais et la «force» de Trump

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

M.C.

— 

Des agriculteurs bloquent l'entrée de la raffinerie Total de Feyzin, près de Lyon, le 10 juin 2018.
Des agriculteurs bloquent l'entrée de la raffinerie Total de Feyzin, près de Lyon, le 10 juin 2018. — KONRAD K./SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Raffineries : Les agriculteurs ont démarré les blocages

Ils veulent mener une opération coup de poing. Les agriculteurs ont commencé dimanche soir à bloquer des raffineries et dépôts de carburant, pour dénoncer l'« incohérence » du gouvernement qui les oblige à respecter des normes auxquelles ne sont pas soumis des produits importés comme l’huile de palme.

Enquête sur Nordahl Lelandais : Appels à témoins pour deux disparus dans la Drôme

Deux appels à témoins sont lancés lundi par la gendarmerie dans le cadre de l’enquête sur deux disparitions dans la Drôme, en 2011 et 2016, qui font partie des centaines de dossiers réexaminés pour y déceler une éventuelle implication de Nordahl Lelandais. Le premier concerne Nelly Balmain. En août 2011, cette femme de 29 ans quittait le domicile de ses parents à Saint-Jean-en-Royans (Drôme) pour ne jamais réapparaître. Son scooter n’a jamais été retrouvé non plus.

Fiasco du G7 : Trump ne voulait « pas montrer de faiblesse » avant son sommet avec Kim Jong-un

Ego ou stratégie ? Après le brusque revirement de Donald Trump, qui a déchiré d’un tweet le communiqué final du sommet du G7, au bas duquel il venait d’apposer sa signature, la guerre des mots s’est poursuivie par médias interposés. Mais selon Washington, l’attitude du président américain était liée à sa rencontre de mardi avec Kim Jong-un. Pour Larry Kudlow, le principal conseiller économique de Donald Trump, celui-ci n’allait pas « se laisser malmener par un Premier ministre canadien à la veille [du sommet] ». « Il n’allait pas se permettre de démonstration de faiblesse alors qu’il était en route pour négocier avec la Corée du Nord, et il a bien raison. Kim ne doit pas voir de faiblesse américaine », a-t-il insisté.

>> A lire aussi : Avant la rencontre, de l'«excitation dans l'air», mais peu d'illusions sur les résultats