Suspendus depuis janvier, les contrôles d’identité sur les vols Air France redeviennent obligatoires

SÉCURITÉ Suspendus depuis le 22 janvier, les contrôles d’identité des passagers sur les vols Air France ont été rétablis par un arrêté ministériel révèle le journal ​Var Matin…

H.S.

— 

Les contrôles avaient été suspendus après la levée de l'état d'urgence.
Les contrôles avaient été suspendus après la levée de l'état d'urgence. — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

La mesure n’était plus en vigueur depuis le 22 janvier dernier. Après la levée de l’état d’urgence en France, la compagnie aérienne Air France avait jugé obsolète le contrôle d’identité de ses passagers à l’embarquement. Samedi 9 juin, le quotidien Var Matin révélait que cette précaution avait été rétablie depuis le 27 mai.

Selon le journal, un arrêté ministériel daté du 14 mai rend désormais obligatoire « la vérification de concordance documentaire entre l’identité mentionnée sur la carte d’embarquement valable et un des documents attestant l’identité du passager ».

Un vol Paris-Barcelone sans contrôle

Le 1er mai dernier, la chaîne France 3 diffusait une enquête dans laquelle un journaliste de la rédaction embarquait pour un vol en direction de Barcelone avec une autre identité. A l’époque, la compagnie contactée par la chaîne assurait « être en règle avec la législation de chaque pays. En France, l’absence de contrôle lui permet de réaliser 2 millions d’euros d’économies par an », précisait l’enquête.

L'arrêté, cité par Var Matin, stipule que les passagers sont priés de présenter au contrôle « la carte nationale d’identité, le passeport, le titre de séjour ou le permis de conduire » et que seuls « les mineurs de moins de treize ans accompagnés d’une personne majeure sont dispensés » de cette obligation.

>> A lire aussi : AIr France: Nouvel épisode dans la bataille sur les salaires avec une grève du 23 au 26 juin

>> A lire aussi : Air France: Les syndicats pointent le risque d'un «été houleux»

>> A lire aussi : Avion d’Air Algérie intercepté: Ce genre d’incidents va «se multiplier» avec «l’augmentation exponentielle du trafic aérien»