Les infos immanquables du jour: Le féminisme et les hommes, la colère de Jean Lassalle et la retraite de l'ancien patron de Carrefour

ACTU Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité de ce jeudi 7 juin... 

Armelle Le Goff

— 

Trois femmes sur quatre pensent que le féminisme a encore un sens en 2013.
Trois femmes sur quatre pensent que le féminisme a encore un sens en 2013. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Que vous soyez féministe ou pas (comme certaines personnes dont on ne citera pas les noms), c’est l’heure des immanquables.

L’article le plus à lire du jour : «Les hommes doivent comprendre qu’ils ont tout à gagner dans le féminisme»

Marre de tenter d’expliquer l’intérêt du féminisme et de l’égalité femmes-hommes à ceux qui pensent que c’est un truc de bonnes femmes ? Pas de panique : Le guide du féminisme pour les hommes et par les hommes* s’occupe de faire le boulot pour vous. Coécrit par le sociologue canadien Michael Kaufman, spécialiste des questions d’égalité femmes hommes, l’ouvrage aborde avec humour et pertinence des dizaines de questions liées au féminisme, de la contraception au harcèlement en passant par le porno et le congé parental, sans jamais verser dans la leçon de morale. Pour Michael Kaufman, « tout le monde, hommes et femmes, a tout à gagner dans l’égalité femmes-hommes ». Un chemin qui passe par « une meilleure éducation des garçons » et par « des politiques plus volontaristes sur le terrain des droits des femmes ». Une interview passionnante à retrouver ici. 

 

L’article le plus lu du jour : Assemblée nationale: «Les censeurs, bonsoir!», Jean Lassalle quitte l'hémicycle en colère

La scène a diverti les députés. Jean Lassalle s’est emporté mercredi soir à l’Assemblée, faisant tonner sa voix dans tout l’hémicycle. Le député des Pyrénées-Atlantiques a fini par quitter la salle. Un incident expliqué par là. 

 

L’article le plus partagé du jour : Carrefour: L'ancien patron va toucher 900.000 euros pour «bons résultats», malgré le plan de restructuration

La retraite s’annonce confortable pour l’ex-PDG de Carrefour. Georges Plassat, qui a dirigé le groupe entre 2012 et 2017, devrait percevoir une « part variable » de près de 900.000 euros, au titre des bons résultats de l’entreprise en 2017. Une rémunération qui interroge après l’annonce d’un plan de licenciement qui menace 2.000 emplois au sein du groupe. L’ancien PDG de Carrefour bénéficie à vie d’une retraite de la part de Carrefour, à hauteur de 517.810 euros par an. Le 15 juin, les actionnaires ont validé la décision du Conseil d’administration d’octroyer à Georges Plassat, 69 ans, une part variable de 896.593 euros, au titre des bons résultats de l’année 2017 chez Carrefour. Plus d'infos par là.