Y a-t-il 35% de jeunes musulmans qui placent l’islam avant la République?

FAKE OFF La statistique livrée par le journaliste gastronomique Périco Légasse est inexacte et s’appuie sur des études décontextualisées…

Samba Doucouré

— 

Des centaines de musulmans ont participé à la prière de l'aïd el kebir au parc chanot de Marseille
Des centaines de musulmans ont participé à la prière de l'aïd el kebir au parc chanot de Marseille — P.MAGNIEN / 20 MINUTES
  • Le journaliste gastronomique Périco Légasse affirme que 35 % des musulmans de moins de 25 ans placent l’islam avant la république.
  • Aucune étude ne donne ce chiffre.
  • Une étude sur la radicalité des lycéens enlevée de son contexte peut mener à la confusion.

A l’occasion de l’annonce du Plan intégration, destiné aux immigrés néo-arrivants, mardi 5 juin, les invités de l’émission 24H Pujadas ont débattu sur les nouvelles mesures proposées par le gouvernement. Le journaliste gastronomique Périco Légasse a ramené la discussion sur les Français issus de l’immigration et de confession musulmane. « 35 % des jeunes de moins de 25 ans de confession musulmane considèrent que l’islam passe avant les lois de la République. Cela veut dire que dans notre propre communauté nationale nous avons déjà des gens qui contestent la légalité républicaine », a lancé le critique culinaire.

FAKE OFF

Deux études récentes ont évoqué la question de l’attachement aux principes religieux chez les musulmans. La première, a été publiée en septembre 2016 par l’Institut Montaigne sous l’appellation « Un islam français est possible ». L’étude classifie les musulmans de France en six catégories. a cinquième et la sixième qui représentent à elles deux 28 % des membres du panel, incluent les musulmans qualifiés de rigoristes, autoritaires ou prônant une vision « dure » des pratiques religieuses. Le rapporteur, Hakim El Karoui décrit les membres de la cinquième catégorie - évaluée à seulement 13 % des effectifs - comme des individus qui « considèrent que la loi religieuse passe avant la loi de la République ». Les chercheurs n’évoquent cependant pas de musulmans de moins de 25 ans mais plutôt des personnes de tous âges.

La Tentation radicale. Enquête sur les lycéens paru en avril 2018 est un ouvrage publié sous la direction d’Olivier Galland et Anne Muxel du CNRS. Les chercheurs avaient fait état des premiers résultats de leur étude un an auparavant, durant la campagne présidentielle de 2017. Ils ont affirmé que 32 % des lycéens musulmans interrogés adhèrent à l’absolutisme religieux.

Il est important de replacer ce chiffre dans son contexte. Les élèves sont classifiés comme adeptes du fondamentalisme s’ils ont répondu par la positive aux assertions suivantes : « l’islam est la seule vraie religion » et « la religion a raison contre la science pour expliquer la création du monde ». Autre facteur déterminant à prendre en considération : le panel utilisé pour l’enquête n’est pas représentatif. Les chercheurs expliquent en effet qu’ils ont délibérément pris la position de surreprésenter les élèves des zones urbaines sensibles (ZUS).

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Réagissez dans les commentaires ou envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.