«La police ne doit pas être stigmatisée»... Des policiers manifestent devant le siège de La France insoumise

POLICE Une cinquantaine d’agents ont manifesté ce jeudi devant le siège du parti de Jean-Luc Mélenchon pour dénoncer un communiqué rédigé par quatre députés…

Thibaut Chevillard

— 

Les policiers du syndicat Unité SGP Police-FO ont manifesté jeudi devant le siège de la France Insoumise
Les policiers du syndicat Unité SGP Police-FO ont manifesté jeudi devant le siège de la France Insoumise — Thibaut Chevillard
  • Une cinquantaine d’agents ont manifesté devant le siège de La France insoumise à Paris à l’appel d’Unité SGP Police-FO.
  • Ils dénoncent un communiqué dans lequel quatre députés demandent au ministre de l’Intérieur de retirer une plainte déposée contre un militant d’Aulnay-sous-Bois.

Le torchon brûle entre ce syndicat de policiers et La France insoumise. Une cinquantaine d’agents ont manifesté, ce jeudi midi, devant le siège du parti de Jean-Luc Mélenchon, à Paris, à l’appel d' Unité SGP Police-FO. « On veut dénoncer les propos tenus par quatre députés qui ont demandé au ministre de l’Intérieur de retirer sa plainte contre Hadama Traoré », un militant à la tête d’une organisation qui lutte notamment contre les violences policières, explique à 20 Minutes Rocco Contento, secrétaire départemental du syndicat. « La police est une institution républicaine qui ne doit pas être stigmatisée. »

Le 18 février dernier, lors d’une manifestation organisée devant le siège d’un syndicat Alliance, Hadama Traoré, cofondateur de La Révolution est en marche, un mouvement originaire d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) avait lancé au mégaphone : « Il y a des policiers qui nous violent, il y a des policiers qui nous tuent, il y a des policiers qui nous violentent dans nos quartiers… Et nous, qui nous protège ? » Début mai, le ministre de l’Intérieur a décidé de déposer plainte contre lui.

« Nos collègues ont aussi le droit à la présomption d’innocence »

« Cette action en justice de Gérard Collomb est dangereuse », écrivent les députés Daniele Obono (Paris), Ugo Bernalicis (Nord), Alexis Corbière et Eric Coquerel (Seine-Saint-Denis) dans un communiqué publié il y a quelques jours. « Elle vise à réduire au silence des voix s’exprimant contre les violences policières qui entachent le travail de la police, en particulier celles d’associations qui effectuent un rôle de vigilance démocratique », ajoutent-ils, précisant qu’Hadama Traoré, 33 ans, essaie à Aulnay-sous-Bois d'« améliorer les relations entre la police et les habitants ».

A travers ces propos évoquant sans la nommer l’affaire Téo -du nom de ce jeune homme blessé à l’anus lors d’un contrôle de police en 2017-, Hadama Traoré « a stigmatisé toute la police et donc tous nos collègues », estime Rocco Contento. « L’affaire n’a même pas été encore jugée par des magistrats, nos collègues mis en cause ont eux aussi le droit à la présomption d’innocence, comme tout citoyen », lance Eddy Sid, porte-parole du syndicat Unité SGP Police-FO en Ile-de-France. Avant d’ajouter : « N’importe quelle organisation qui jettera l’opprobre sur la police nous trouvera en face d’elle ! »

« Ce ne sont pas des méthodes ! »

« On ne valide pas forcément les propos d’Hadama Traoré et de son association, même si on partage une grande partie du constat qu’il pose », indique à 20 Minutes Ugo Bernalicis, l’un des quatre élus de La France insoumise qui a signé le communiqué. « Que Gérard Collomb veuille ouvrir un débat en disant qu’il est scandalisé par les propos d’Hadama Traoré, pas de problème. Mais pourquoi le ministre de l’Intérieur a-t-il porté plainte ? Ce ne sont pas des méthodes ! Il peut aussi attaquer la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté qui a mis en cause le travail des policiers au poste frontière de Menton. »

Ce jeudi, les représentants d’Unité SGP Police-FO ont exigé d’être reçu au siège de La France insoumise afin de remettre un courrier à ses dirigeants. « On leur a proposé de les recevoir à l’Assemblée nationale car il n’y a personne ici, on fait de la logistique dans ces locaux. Les députés sont aux Palais-Bourbon. Ils peuvent les voir aujourd’hui s’ils veulent », souffle un membre du parti, descendu dans la rue pour prendre connaissance de la fameuse missive. Mais pour les syndicalistes, pas questions de se rendre à cette « convocation », fait savoir Daniel Chomette, secrétaire général délégué du syndicat.

« Finalement, ça tombe bien… »

« C’est une action de communication politique », clame Ugo Bernalicis. « Je suis un peu navré par cette action devant le siège de La France insoumise car cela fait deux mois qu’on essaie de les rencontrer. On s’intéresse à la police de sécurité du quotidien, tous les syndicats nous ont répondu et nous avons fixé des rendez-vous avec eux. Tous, sauf avec Unité SGP-FO », poursuit le député du Nord qui trouve « très rigolo qu’ils demandent maintenant qu’on les reçoivent ». « Finalement, ça tombe bien puisqu’ils ne sont pas très joignables ! »

>> A lire aussi : VIDEO. Seine-Saint-Denis: Il menace de «nettoyer au Kärcher» le maire d'Aulnay-sous-Bois

>> A lire aussi : Mathieu Kassovitz traite des policiers de «bâtards», un syndicat veut porter plainte

>> A lire aussi : Législatives : « Il faut une véritable police de proximité », pour le candidat de la France insoumise