Fraude à la carte bancaire: Les victimes peuvent porter plainte en ligne, selon Gérard Collomb

JUSTICE 2.0 Baptisé Perceval, ce système veut simplifier les démarches et éviter « des milliers de visites dans les commissariats et gendarmeries »…

20 Minutes avec agences

— 

Gérard Collomb, le 10 avril 2018 à l'Assemblée.
Gérard Collomb, le 10 avril 2018 à l'Assemblée. — BERTRAND GUAY / AFP

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a annoncé ce mercredi l’ouverture d’une plateforme de signalement des fraudes à la carte bancaire.

Les victimes de ces agissements pourront désormais porter plainte en ligne auprès de la police ou de la gendarmerie.

Une vue « plus complète du phénomène de fraude »

Baptisé Perceval, ce dispositif vise à « simplifier » les démarches des victimes et à orienter plus « efficacement » l’action judiciaire. Ces fraudes représentent 250 millions d’euros chaque année. La victime remplit un formulaire sur le site https://service-public.fr/et reçoit « automatiquement un récépissé qu’elle pourra adresser à sa banque à l’appui d’une demande de remboursement », précise le communiqué.

Il permettra aussi aux services d’enquête d’avoir « une vue plus complète du phénomène de fraude à la carte bancaire » pour améliorer « l’efficacité des investigations et la détection des fraudes de grande ampleur ». Gérard Collomb expliquait déjà en février au Pointvouloir éviter « des milliers de visites dans les commissariats et gendarmeries ».

Dans son communiqué, Gérard Collomb précise toutefois qu’il sera toujours possible pour les victimes de fraude de se rendre au commissariat de police ou à la gendarmerie. Le ministre a par ailleurs assuré que la plateforme Thésée dédiée aux victimes d’escroquerie en ligne serait « prochainement » opérationnelle.

>> A lire aussi : Bug des cartes grises: L’Etat condamné à indemniser des automobilistes

>> A lire aussi : Ils cherchaient l'amour et se font arnaquer... Tout savoir sur les escroqueries à la romance