Environ 450 détenus radicalisés sortiront de prison d'ici fin 2019, selon Belloubet

TERRORISME Près de 450 détenus radicalisés sortiront de prison d’ici fin 2019, parmi lesquels une cinquantaine de « terroristes islamistes »...

20 Minutes avec AFP

— 

Nicole Belloubet, ministre de la Justice, le 1er juin 2018.
Nicole Belloubet, ministre de la Justice, le 1er juin 2018. — SIPA

Le procureur François Molins a qualifié la situation de «risque majeur». Près de 450 détenus radicalisés sortiront de prison d’ici fin 2019, parmi lesquels une cinquantaine de « terroristes islamistes ». Ce mercredi la garde des Sceaux Nicole Belloubet a précisé le plan du gouvernement pour suivre ces personnes à leur sortie de prison.

« Nous avons à peu près 500 détenus qui sont radicalisés comme terroristes islamistes. Sur ces 500-là, il y en aura une vingtaine cette année qui sortent, et puis à peu près une trentaine l’année prochaine », a expliqué Nicole Belloubet sur BFMTV. A cette cinquantaine d’individus devant sortir de prison s’ajoutent des détenus de droit commun qui se sont «radicalisés». Selon la ministre, 30 % d’entre eux sortiront en 2019.

« Cela fait environ 450 personnes » qui sortiront de prison d’ici fin 2019, a-t-elle dit. « Le gouvernement est arc-bouté sur le suivi de ces personnes, a-t-elle assuré. « Cela commence en détention, ces gens-là sont évalués, ils sont placés ensuite dans des lieux de détention qui correspondent à leur niveau de dangerosité et quand ils sortent de prison, il y a deux mots-clés : nous anticipons leur sortie et nous les suivons de manière extrêmement précise. »

Les services de renseignement renforcés

« L’avantage de la détention » est de permettre « de construire d’une part des fiches de renseignement qui sont mises en place par les services de renseignement pénitentiaire qui ont acquis depuis quelque temps une très forte légitimité », fiches qui sont ensuite « données aux services de sécurité intérieure, au renseignement territorial », a-t-elle précisé. Avant d’ajouter : « nous les suivons pas à pas ».

« Les services de renseignement qui jouent un rôle essentiel seront considérablement renforcés », a promis la ministre. « Nous allons recruter cent personnes supplémentaires sur les services de renseignement pénitentiaire et déployer des moyens pour mieux isoler les détenus radicalisés », a-t-elle dit. Un nouveau plan d'action contre le terrorisme doit être présenté en juin par le gouvernement.

>> A lire aussi : La délicate gestion de la sortie des détenus condamnés pour terrorisme

>> A lire aussi : Radicalisation. Visite à Vendin-le-Vieil, l'une des prisons les plus sécurisées de France

>> A lire aussi : Plan de lutte contre la radicalisation. «C'est trop répressif pour être efficace», estime le sociologue Farhad Khosrokavar