Grève à l’hôpital psychiatrique de Rouen: Trois émissaires envoyés sur place pour résoudre le conflit

GREVE Trois personnes ont été missionnées pour tenter de résoudre le conflit à l’hôpital psychiatrique de Rouen où du personnel est en grève de la faim depuis quinze jours…

20 Minutes avec agences
— 
Agnès Buzyn a annoncé l'envoi de trois émissaires à l'hôpital psychiatrique du Rouvray.
Agnès Buzyn a annoncé l'envoi de trois émissaires à l'hôpital psychiatrique du Rouvray. — Jacques Witt/ Sipa/SIP

Le gouvernement cherche des solutions pour résoudre le conflit social à l’hôpital psychiatrique près de Rouen (Seine-Maritime), où des membres du personnel ont entamé une  grève de la faim. Trois émissaires ont ainsi été dépêchés sur place, a annoncé mardi 5 juin, la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

« Nous avons missionné trois personnes, un directeur des soins, un directeur d’établissement psychiatrique et un président de CME (Commission médicale d’établissement) de psychiatrie, qui sont aujourd’hui au sein du Rouvray pour mener une enquête-flash, un audit, et voir quels moyens sont nécessaires pour accompagner cet établissement », a-t-elle déclaré à l’Assemblée nationale.



« Le dialogue n’est pas rompu »

Après quinze jours sans manger, trois des sept grévistes de la faim de l’hôpital situé à Sotteville-lès-Rouen ont été hospitalisés « avec un caractère d’urgence »​, lundi 4 juin. Le personnel de l’établissement réclame notamment la création de postes d’aides-soignants.

« Je suis extrêmement attentive à la situation des professionnels qui aujourd’hui ont entamé une grève de la faim, a affirmé la ministre. Et je veux dire que le dialogue n’est pas rompu, ni avec l’ARS (Agence régionale de santé) ni avec les professionnels, puisqu’un certain nombre d’engagements ont déjà été pris ». Les trois émissaires devraient « rendre leurs réflexions dans les prochains jours », a-t-elle ajouté.