Les infos immanquables du jour: Une bavure policière, «The Handmaid's Tale» et l'émotion d'Anne-Elisabeth Lemoine

ACTU Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité du 4 juin... 

Armelle Le Goff

— 

Elisabeth Moss (à droite) dans la série de Hulu «The Handmaid's Tale».
Elisabeth Moss (à droite) dans la série de Hulu «The Handmaid's Tale». — HULU/MGM

Le lundi, ce sont les meilleurs immanquables de la semaine, si si si… (puisqu’on vous le dit).

L’article le plus partagé du jour : VIDEO. Hauts-de-Seine: «Tu vas mourir sale noir!»... Un jeune dépose plainte contre des policiers

« S’il vous plaît, Monsieur… Ne me tapez pas… » Par terre, dans un hall d’immeuble de Ville-d’Avray (Hauts-de-Seine), Mohamed Diakité rejoue la scène pour montrer qu’il ne ment pas. Ce jeune homme de 24 ans assure qu’il était à genoux, les mains en l’air quand il a répété sa supplique aux forces de l’ordre à trois reprises. « Mais le policier a pris sa matraque, a défoncé la porte vitrée et il m’a roué de coups de pied et de coups de poing. Après, il a placé son arme sur ma tempe. » Un article à retrouver ici. 

L’article le plus lu du jour : Vidéo. Anne-Elisabeth Lemoine s'effondre sur le plateau du «Tube»

Elle n’a pas pu retenir ses larmes. Invitée du Tube qui retraçait son parcours, l’animatrice de C à Vous sur France 5, Anne-Elisabeth Lemoine, s’est laissée déborder par l’émotion devant l’intervention de son père, Jean-Pierre Lemoine. Devant les caméras de Canal +, le père de la présentatrice a confié : « Elle ne pouvait pas rester une éternelle numéro 2. Comme elle nous disait : "Je ne veux pas être la Poulidor" et elle sera aujourd’hui la Poulidor gagnant le Tour de France ».

Une séquence à revivre par là. 

L’article le plus à lire du jour : «The Handmaid's Tale»: «La série est violente car le monde l'est aussi»

The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate était l’événement série de 2017. Sacrée aux Emmy Awards et aux Golden Globes après une seule saison, l’adaptation du classique de la littérature et du féminisme de Margaret Atwood a beau être une dystopie écrite en 1985, elle ne peut être plus en phase avec notre époque, ses révolutions, de l’affaire Weinstein aux mouvements Time’s Up et MeToo. Une série de femmes, à la tête de laquelle on retrouve paradoxalement un homme, Bruce Miller. 20 Minutes l’a rencontré à Paris à l’occasion de la diffusion de la saison 2, plus sombre et plus violente, le jeudi sur OCS, qui diffuse par ailleurs une émission spéciale sur le showrunner ce lundi. Une interview à retrouver là.