Qui est Nicole Klein, la préfète démineuse de l'explosif dossier Notre-Dame-des-Landes?

PORTRAIT Arrivée en Loire-Atlantique il y a un an, la préfète de Loire-Atlantique est devenue l'un des personnages clés du dossier Notre-Dame-des-Landes...

avec AFP

— 

Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique.
Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique. — E.Feferberg/AFP
  • Agée de 66 ans, Nicole Klein a dû gérer successivement l'abandon du projet d'aéroport puis l'évacuation partielle de la ZAD.
  • Le travail de Nicole Klein a été salué par tous les ministres passés à Nantes. Même Emmanuel Macron l’a félicitée.
  • Les membres de la ZAD sont moins positifs à son sujet.

« Une main de fer dans un gant de velours » : à 66 ans, « Madame la préfète » des Pays de la Loire, Nicole Klein, s’est fait un nom en pilotant le désamorçage de l'explosif dossier de Notre-Dame-des-Landes, dans un mélange de concertation et de fermeté unanimement salué par le gouvernement.

Près de cinq mois après l’abandon du projet d’aéroport, la « préfète de Notre-Dame-des-Landes » doit régulariser ce lundi en préfecture quinze premiers projets agricoles déposés par des occupants de la ZAD. Un premier pas vers la « normalisation » du territoire longtemps qualifié par les autorités de « camp retranché ».

Cette « préfète d’expérience », passée par tous les métiers au sein de la préfectorale après sa sortie de l’ENA, estime être « sur la bonne voie » dans le règlement de « cette histoire qui dure depuis des années ». Tous les ministres ayant défilé à Nantes et dans le bocage nantais ont loué son « travail délicat » ou son « infatigable énergie à écouter », le chef de l’Etat Emmanuel Macron évoquant sa « patience extraordinaire ».

« Sa force est de ne jamais abandonner »

« La force de Nicole Klein est de ne jamais abandonner. Elle a toujours privilégié la main tendue et le dialogue (…) même si les opérations d’expulsions l’ont parfois mise dans des positions délicates », commente une source au ministère de l’Intérieur. « Si elle n’était pas quelqu’un de très solide, ça aurait pu la briser », ajoute-t-elle. « Peut-être parce que j’ai le sens du compromis, parce que je connaissais le dossier et les différents interlocuteurs, j’ai toujours eu l’impression que ma voix portait », confie Nicole Klein.

Quand cette mère de trois grands enfants, Francilienne d’origine, prend ses fonctions à Nantes en mars 2017, Notre-Dame-des-Landes ne lui est « pas inconnu ». Elle était secrétaire générale de la préfecture de Loire-Atlantique en 2000, quand le gouvernement de Lionel Jospin relance le projet.

« Je savais que ce n’était pas une terre vide d’hommes et d’activités, donc il fallait ne pas être pris dans une conviction qui empêche d’agir », explique-t-elle. Si sa carrière l’a amenée à gérer de nombreuses crises, en France et à l’étranger, elle est « frappée » par le côté « passionnel », voire « irrationnel », du cas Notre-Dame-des-Landes.

« Je n’ai pas bu un verre avec des voyous »

Sa subite notoriété, elle l’acquiert lors de sa première visite médiatisée sur la ZAD, le 26 janvier. Pas échaudée par la rangée de pantalons baissés lors de son passage sur l’emblématique « route des chicanes », elle préfère évoquer « le bocage magnifique » avant de trinquer avec d’ex-opposants au projet dans un gobelet « Non à l’aéroport ». Un « geste audacieux et de conciliation » pour les anti-aéroport historiques, mais qui provoque l’ire des pro-NDDL.

La préfète Nicole Klein (au centre) partage un verre de jus de pomme avec Sylvain Fresneau, agriculteur sur la ZAD.
La préfète Nicole Klein (au centre) partage un verre de jus de pomme avec Sylvain Fresneau, agriculteur sur la ZAD. - L.Venance/AFP

« Je n’ai pas bu un verre avec des voyous, mais avec un agriculteur qui allait récupérer ses terres et une association qui a pignon sur rue à Notre-Dame-des-Landes », s’étonne Nicole Klein, cible également d'« attaques d’une grande violence » de zadistes opposés à toute régularisation.

« Un vrai décalage entre ce qu’elle nous dit et ce qui se passe sur le terrain »

Elle assume avoir géré le dossier « avec autorité sans être autoritaire » et suivi « au pied de la lettre, avec des ajustements, du discernement » la feuille de route du Premier ministre Edouard Philippe. Elle avait mis un point d’honneur à n’expulser ni enfants, ni animaux.

« C’est quelqu’un de très abordable, avec qui il est très facile de communiquer. Mais il y a un vrai décalage entre ce qu’elle nous dit quand elle nous reçoit et ce qui se passe sur le terrain », souligne Marcel Thébault, agriculteur « historique » de la ZAD. « Elle nous a parlé à chaque fois d’interventions ciblées de la gendarmerie mais on a eu l’impression d’un éléphant dans un magasin de porcelaine, qui casse tout », déplore-t-il.

Si personne n’enviait sa place ces derniers mois, la préfète espère aujourd’hui avoir « suscité des vocations ». « Ma fierté, c’est d’avoir donné l’image d’un métier riche, complexe, où les fonctionnaires prennent des décisions », conclut-elle en souriant.