Carrefour: 1.850 postes supprimés d'ici septembre

EMPLOI La direction assure que « l’objectif est de ramener tout le monde à l’emploi, au sein du groupe Carrefour ou en externe »…

N.Sa avec AFP

— 

Des employés Carrefour en grève à Nantes, le 31 mars 2018.
Des employés Carrefour en grève à Nantes, le 31 mars 2018. — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

Un comité central d’entreprise (CCE) de Carrefour Proximité devrait valider ce lundi le projet, annoncé fin janvier, de céder ou fermer 273 des 352 magasins ex-Dia du groupe. Le « plan de transformation » annoncé par le PDG Alexandre Bompard va donc entraîner la suppression de 1.850 postes d’ici la rentrée selon une information du quotidien Le Parisien.

Un appel à la grève lundi

Mais la direction assure que « l’objectif est de ramener tout le monde à l’emploi, au sein du groupe Carrefour ou en externe ». Comme le rapporte Le Parisien, entre juillet et août, tous les salariés concernés devraient recevoir trois offres de reclassement : deux en interne et une en externe, dans une franchise ou une location-gérance. Déjà, 89 demandes de reclassement ont été validées depuis le mois de mars… sur 316.

« Ce n’est pas suffisant », juge Cyril Boulay, de FO, le syndicat majoritaire de Carrefour Proximité qui a avalisé l’accord sur le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). De nombreux salariés devraient préférer partir avec un chèque et quitter Carrefour. « C’est lié au fait que la direction leur envoie des propositions inacceptables, » explique Philippe Allard, de la CGT, qui appelle ce lundi à la grève dans de nombreux magasins.