Vaulx-en-Velin: Pour répondre aux violences urbaines, la mairie annonce que les policiers municipaux seront armés dès l'été

SECURITE La ville fait face à des échanges de coups de feu, de règlements de compte et d'échanges musclés entre les jeunes et la police depuis deux semaines...

C.G. avec AFP

— 

Illustration de policiers armés.
Illustration de policiers armés. — V. WARTNER / 20 MINUTES
  • A la suite d’épisodes de violence urbaine, la mairie de Vaulx-en-Velin a annoncé jeudi que ses policiers municipaux seront armés « à partir de cet été ».
  • Ils patrouilleront également le soir jusqu’à 22h minimum.
  • D’autres renforts ont également été alloués à la ville.

« Une réponse sécuritaire »… mais qu’elle « assume ». A la suite de récents «épisodes de violence», la maire PS de Vaulx-en-Velin (banlieue lyonnaise), Hélène Geoffroy, a annoncé jeudi que ses policiers municipaux seront armés « à partir de cet été » et que leurs horaires seront étendus.

« Nous allons conforter l’action de la police municipale » en créant des brigades de nuit et en « armant de pistolets les premiers policiers municipaux », a-t-elle déclaré, évoquant un budget « dépassant le million d’euros ».

Des brigades de nuit opérationnelles jusqu’à au moins 22h

Les brigades de nuit seront opérationnelles « jusqu’à 22H00, voire minuit », contre 19H00, actuellement, ce qui nécessitera un « renforcement des effectifs », qui, de 15 policiers municipaux passeront à 30 en 2020.

Par ailleurs, 80 caméras de vidéoprotection « dernière génération » et « reliées directement à l’Hôtel de police de Lyon » sont en cours d’installation pour remplacer les 36 existantes, souvent inopérantes.

Depuis le 18 mai, « nous connaissons des épisodes extrêmement préoccupants », souligne Hélène Geoffroy, évoquant des coups de feu à proximité d’une école, des policiers caillassés ou les tirs manqués d’un jeune à scooter sur un automobiliste.

Les trafics bousculés

Dernier incident en date, une rixe en pleine rue, mardi, au cours de laquelle un jeune d’une vingtaine d’années a été grièvement blessé, sans que le pronostic vital soit engagé.

« Cette flambée de violence est liée au processus de transformation urbaine que nous menons, et qui bouscule ce qui est enraciné dans la ville en termes de trafics » et d’économie souterraine, analyse la maire, qui dès le 28 mai a obtenu le renfort d’une centaine de policiers venus de la compagnie d’intervention du Rhône et d’une compagnie de CRS.

« Bousculer ce qui a pu être enkysté »

« Ces effectifs seront maintenus dans la durée » en plus de la police municipale, a-t-elle assuré. Mais l’élue se veut néanmoins rassurante concernant l’image de la ville, symbole du malaise des banlieues dans les années 90 : « Vaulx-en-Velin a retrouvé son attractivité et vu le retour de la classe moyenne ».

Déterminée à «poursuivre la transformation physique de la ville » et à « bousculer ce qui a pu être enkysté », Hélène Geoffroy a réitéré sa demande au ministre de l’Intérieur de rentrer dans le dispositif de police de sécurité du quotidien (PSQ) pour « construire de façon pérenne une offre de sécurité ».