Notre-Dame-des-Landes: L'Etat devrait céder les terres de la ZAD au département de Loire-Atlantique

ZAD Le président du conseil départemental considère que la rétrocession des terres est « en bonne voie »...

F.B.

— 

Vue aérienne de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.
Vue aérienne de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. — L.Venance/AFP

L’Etat aurait finalement accepté de revendre au conseil départemental de Loire-Atlantique 895 ha de terres situés sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, rapporte Ouest-France, qui cite une source ministérielle. « C’est en bonne voie », confie à 20 Minutes Philippe Grosvalet, président du département.

« J’ai eu des échanges constructifs avec le Premier ministre, précise l’élu socialiste. Il m’a dit que la demande du département n’était pas illégitime. La préfète me l’a aussi confirmé. Il appartient maintenant à l’Etat de l’annoncer officiellement. »

Les projets des zadistes seront prolongés

Le département de Loire-Atlantique avait acquis dès 1974 895 ha de terres afin de les réserver pour le futur aéroport. Ces 895 ha avaient été cédés en 2012 à l’Etat et à Vinci pour réaliser la desserte routière et la plateforme aéroportuaire. Mais, après l’abandon définitif du projet d’aéroport, le 17 janvier dernier, le conseil départemental de Loire-Atlantique avait demandé à pouvoir récupérer ces parcelles. Faute de réponse des intéressés, il avait  décidé de saisir la justice.

A qui seront ensuite attribuées les terres de la ZAD si le département en redevient propriétaire ? « Ce sera une décision partenariale », répond Philippe Grosvalet, citant notamment les services de l’Etat et la chambre d’agriculture. Une commission étudiera toutes les candidatures.

Quid des quinze projets agricoles déposés par des zadistes et ayant reçu un feu vert de l’Etat en vue de la signature d’une convention d’occupation précaire ? « Les engagements pris par l’Etat seront prolongés », assure-t-il. L’ensemble des terres ont une « vocation agricole ». « Le projet agricole ressemblera à celui de la Loire-Atlantique, avec une diversité de modèles », prévoit Philippe Grosvalet.

Travaux sur les routes

Par ailleurs, le conseil départemental confirme avoir engagé ce jeudi des travaux de réfection de deux des routes traversant la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (la RD 81 et la RD 281). Le chantier devrait durer deux semaines. « Je regrette, évidemment, les dégradations commises. En faisant ça, on touche au bien public et on pénalise tous les citoyens. »

La réouverture à la circulation sera autorisée « lorsque l'Etat me dira que la sécurité est garantie», indique Philippe Grosvalet. « Le respect des personnes et des biens, c'est sa compétence. Je lui confiance. Mais si je vois que des chicanes ou obstacles sont dressés, je prendrai mes responsabilités. »