Bactéries, virus, champignons… Près de 4,8 millions de salariés y sont exposés dans le cadre de leur travail

SANTE Ces « micro-organismes » sont susceptibles de provoquer chez l’homme des infections, des allergies ou des intoxications, voire des cancers…

20 Minutes avec AFP

— 

 Illustration: des employés dans une entreprise.
 Illustration: des employés dans une entreprise. — MEIGNEUX/SIPA

Près d’un salarié sur cinq en France serait concerné. Quelque 4,8 millions de personnes sont exposées à des bactéries, virus, parasites et autres champignons dans le cadre de leur travail. Cela représente 22,2 % de l’ensemble des salariés, selon des chiffres publiés ce mercredi par le ministère du Travail.

Les « agents biologiques » sont définis comme des « micro-organismes (bactéries, virus, parasites, champignons), dont certains sont susceptibles de provoquer chez l’homme des infections, des allergies ou des intoxications, voire des cancers ».

0,7 % des salariés concernés par une exposition « délibérée »

La Dares, service des statistiques du ministère, distingue deux types d’exposition dans ces chiffres portant sur l’année 2010 : l’exposition « délibérée » de salariés dont le travail nécessite l’utilisation d’agents biologiques, et l’exposition « potentielle » de salariés dont la probabilité d’être exposé à des agents biologiques est supérieure à celle du reste de la population.

Seulement 0,7 % des salariés sont soumis à une exposition « délibérée », soit 158.200 personnes. Il s’agit, pour la plupart, de « fonctionnaires » dans des « laboratoires de recherche ou de développement », « notamment lors de l’utilisation de petits animaux de laboratoire ».

21,9 % des salariés concernés par une exposition « potentielle »

L’exposition « potentielle » est nettement plus répandue, puisqu’elle regroupe 4,74 millions de personnes (21,9 % des salariés). Près de la moitié des « employés de commerce et de services » (48,7 %) et près de quatre fonctionnaires sur dix (39 %) sont concernés. La santé est le secteur le plus exposé (74,8 %), loin devant les services aux particuliers (58,6 %), l’hôtellerie- restauration (44,3 %) et l’agriculture (38,6 %).

La plupart de ces salariés sont exposés lors de contacts avec le public. Ils peuvent aussi l’être du fait de « contacts avec des animaux », de « traitements des déchets et eaux usées », d'« activités de nettoyage et propreté » et d'« activités de l’agro-alimentaire ».

Les femmes (30 %) sont deux fois plus exposées que les hommes (15,3 %), notamment en raison de leur surreprésentation dans des métiers du commerce ou de la propreté.