C'est l'heure du BIM: «Petits fumeurs», grand débat sur les retraites et fausse mort

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

M.C.
— 
Illustration d'une cigarette.
Illustration d'une cigarette. — Gene J. Puskar/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Journée sans tabac : « A partir d’une cigarette par jour, il y a un risque de maladie cardiovasculaire »

S’en griller une petite, rien qu’une. Dans l’esprit des « petits » fumeurs, qui peuvent compter sur les doigts de la main leurs cigarettes quotidiennes, tout va bien si l’on s’en tient à un nombre limité de clopes plaisir. Celle d’après-déjeuner, celle qui accompagne le café ou encore celle que l’on s’allume pendant un apéro entre amis sont sans doute pour eux les plus irrésistibles et savoureuses. Après tout, si l’on fume si peu, il n’y a pas de mal non ? Pas si sûr. Même une faible consommation de tabac expose à un risque cardio-vasculaire, alerte la Fédération française de cardiologie (FFC) à l’occasion ce jeudi de la journée mondiale sans tabac, dédiée cette année au risque cardiovasculaire du tabagisme.

Réforme des retraites : Le gouvernement lance une « large consultation citoyenne »

Sur internet ou dans des « ateliers participatifs », les Français sont invités à réfléchir pendant six mois à la future réforme des retraites, dans le cadre d’une « consultation citoyenne » lancée ce jeudi par le gouvernement. Six semaines après l’ouverture de discussions avec les syndicats, l’exécutif élargit le débat sur un engagement phare d’Emmanuel Macron. « Il s’agit de créer un système universel où un euro cotisé donne les mêmes droits », rappelle le Haut commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, qui se dit « persuadé qu’un sujet d’une telle ampleur nécessite une large consultation citoyenne ».

Pourquoi l’Ukraine a mis en scène « la fausse mort » du journaliste Arkadi Babtchenko

Une fausse mort pour éviter un vrai meurtre. Après environ 24 heures de larmes et d’indignation, il est réapparu vivant mercredi : l’assassinat du journaliste russe critique du Kremlin Arkadi Babtchenko était une mise en scène de l’Ukraine, invraisemblable opération visant, selon Kiev, à déjouer un meurtre commandité par la Russie.