ZAD: Une cagnotte en ligne pour l'étudiant amputé de la main, 10.000 euros déjà récoltés

SOLIDARITE Les dons se multiplient en soutien à Maxime, 21 ans, grièvement blessé sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes la semaine dernière...

Julie Urbach

— 

Des affrontements sur la ZAD, le 17 mai 2018 / AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT
Des affrontements sur la ZAD, le 17 mai 2018 / AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT — AFP
  • Maxime, étudiant lillois, a été amputé de la main droite mardi dernier après un accident sur la ZAD.
  • Des «amis, étudiants et professeurs proches» ont lancé une cagnotte en ligne pour l'achat d'une prothèse. 

En à peine 24 heures, les dons se sont multipliés. Depuis mardi, une cagnotte en ligne intitulée « Une prothèse pour Maxime » est accessible sur le site du Pot commun. Lancée par des « amis, étudiants et professeurs proches de Maxime », ce jeune homme de 21 ans blessé sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes mardi dernier, elle a déjà permis de collecter plus de 10.000 euros grâce à la participation d’environ 300 personnes, ce mercredi midi.

Maxime, étudiant en science-politique à Lille, a été amputé de la main droite après avoir ramassé une grenade GLI-F4 lancée par les forces de l’ordre. Il a reçu une ITT de quatre mois. Cette collecte « a pour but de financer l’important budget d’une prothèse et les aménagements de la vie quotidienne », écrivent ses proches. Elle est « nécessaire pour qu’il puisse reprendre ses études, retrouver rapidement son autonomie et les perspectives d’une vie normale. » « Le niveau de technicité de l’appareillage que Maxime pourra acquérir, de type prothèse biomimétique, sera proportionnel à la somme récoltée », est-il aussi écrit.

Il nie avoir voulu relancer la grenade

Selon son avocat Me Hervé Gerbi, Maxime se trouvait depuis deux ou trois semaines sur la ZAD en compagnie d’amis quand l’accident s’est produit. Le jeune homme, « qui n’est pas un zadiste professionnel » selon son avocat, a reconnu avoir ramassé la grenade mais conteste le fait que son intention était de la renvoyer vers les gendarmes. Une plainte doit être déposée « dans les prochains jours » pour des faits de « violences volontaires par personne chargée d’une mission de service public, ayant entraîné une incapacité permanente ».

>> A lire aussi : Cinq questions autour des grenades GLI-F4 après l'accident sur la ZAD