Le trafic de drogue génère 2,7 milliards d'euros par an en France

JACKPOT L’institut Eurostat avait demandé aux Etats membres en 2013 d’intégrer le trafic de drogue dans leurs statistiques nationales...

20 Minutes avec AFP

— 

Des billets de banque liés au trafic de drogue (image d'illustration).
Des billets de banque liés au trafic de drogue (image d'illustration). — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Cannabis et cocaïne en tête, le trafic de drogue en France génère près de 2,7 milliards d’euros par an, selon l’Insee. Cette somme équivaut à un peu plus de 0,1 point de produit intérieur brut (PIB).

L’institut national de statistiques (Insee) avait annoncé fin janvier après plusieurs années de débat qu’il intégrerait à partir de la fin du mois de mai la consommation de stupéfiants et les activités liées à cette consommation dans le PIB français, afin de s’aligner avec les autres pays de l’Union européenne.

Selon l’Insee, qui s’appuie sur les données de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), elles-mêmes basées sur des enquêtes auprès des ménages, la consommation de drogue en France pèse 3,1 milliards d’euros par an. Mais près de 400 millions d’euros doivent être retirés de ces 3,1 milliards, correspondant au poids des importations, qui doivent être comptabilisés dans le PIB des pays concernés et non dans le PIB français.

Risque de sous-estimation à cause d’un manque de confiance

D’où le chiffre de 2,7 milliards avancé par l’institut public. « Ce chiffre est une évaluation », insiste cependant Ronan Mahieux, responsable du département des comptes nationaux à l’Insee. « Il y a un risque de sous-estimation, car il est possible que les ménages n’aient pas confiance dans les enquêteurs qui les contactent », explique-t-il.

L’institut Eurostat avait demandé aux Etats membres en 2013 d’intégrer le trafic de drogue et la prostitution dans leurs statistiques nationales, estimant qu’il s’agissait de transactions commerciales consenties librement.

>> A lire aussi : VIDEO. Le procès de Gal Vallerius, le «baron de la drogue» du dark web, s’ouvre devant la justice américaine

>> A lire aussi : Val-d'Oise. Un réseau de prostitution dans des foyers d'aide sociale à l'enfance

>> A lire aussi : VIDEO. Paris. La GBL, nouvelle drogue de synthèse, inquiète autorités et le milieu de la nuit