VIDEO. Marseille: Señorita Carlotta, première danseuse de breakdance qualifiée pour les Jeux olympiques de la jeunesse

CHAMPIONNE La Marseillaise Señorita Carlota s’est qualifiée pour les Jeux olympiques de la jeunesse grâce à sa performance aux championnats du monde au Japon…

Adrien Max

— 

Carlota lors de son voyage au Japon.
Carlota lors de son voyage au Japon. — Nahim
  • Señorita Carlota, 16 ans, et originaire de Marseille, est une breakdanceuse française.
  • Elle a fini dans les huit meilleures lors du dernier championnat du monde au Japon.
  • Un classement qui lui a permis de se qualifier pour les Jeux olympiques de la jeunesse en octobre prochain à Buenos Aires, où pour la première fois la breakdance sera représentée.

A jamais la première. La Marseillaise Señorita Carlotta, 16 ans, est la première française à se qualifier pour les Jeux Olympiques de la jeunesse, dans la catégorie breakdance, une discipline présente pour la première fois à ces JO. Cela fait beaucoup de première fois pour la jeune fille « C’est un énorme soulagement. Une énorme satisfaction que toutes ces années de travail soient récompensées », décrit-elle.

Que le chemin fut long pour décrocher cette qualification. D’abord, le championnat de France remporté l’été dernier, puis le championnat Europe-Afrique disputé en octobre en Allemagne. C’est lors de cette compétition que la jeune championne se surpasse. « Carlota a dû faire 15 passages en tout, ce qui est énorme. Chaque passage est différent, et on ne peut pas se permettre de commencer fort pour finir plus faiblement, vu le niveau. C’était d’autant plus compliqués que ceux de Carlotta sont très physiques », explique Nahim, son entraîneur. Résultat, elle reste invaincue sur ses 15 passages, une prouesse.

« C’est complètement fou »

« Entre le championnat de France et être invaincue sur le championnat Europe-Afrique, c’était déjà un rêve, une victoire immense », relate Nahim. Sauf que le rêve ne s’arrête pas là, cette victoire l’envoie directement au championnat du monde disputé le 20 mai au Japon.

« Quand j’ai vu le niveau, je lui ai clairement dit qu’il fallait changer de fusil d’épaule et faire le passage qu’elle préférait », raconte Nahim. Bingo, Carlota se qualifie pour les phases finales. « J’ai perdu contre la championne d’Asie, ce qui m’a mis une grosse pression. On a réussi à mettre en place une bonne stratégie avec mon entraîneur parce que la compétition n’avait pas le même format que les autres », relate Carlota. Elle finira deuxième de son groupe, après 19 passages ! Suffisant pour être dans les 8 meilleures mondiales et se qualifier pour les Jeux olympiques de la jeunesse qui auront lieu à Buenos Aires en octobre prochain.

Carlota lors de son voyage au Japon.
Carlota lors de son voyage au Japon. - Nahim

« Quand j’ai commencé la breakdance, la discipline n’était pas du tout connue. Aujourd’hui on se retrouve aux JO, c’est complètement fou », témoigne Nahim. Pour Carlota, sa plus grande fierté est d’avoir atteint son objectif avec son entraîneur de toujours : « Nahim m’entraîne depuis que j’ai six ans, j’ai passé plus de la moitié de ma vie à ses côtés alors en arriver là c’est super. »

Prendre du plaisir

La jeune danseuse de breakdance doit désormais se préparer à cette nouvelle échéance, elle n’aura pas de répit cet été. « Il faut que je m’organise, que je trouve une salle ou m’entraîner. Je vais partir à Cuba avec ma famille, et même là-bas je vais devoir continuer mon entraînement physique. » Son atout ? « La touche française, explique-t-elle. J’ai des origines cubaines donc j’aime aussi mélanger des pas de pachacha. C’est aussi ma féminité dans une discipline très masculine. Si je reste moi-même, ça peut le faire. »

Nahim, va, lui, se concentrer sur l’aspect mental. « Il y a bien sur un gros travail physique nécessaire pour assurer chaque passage, mais aussi mental. Je m’attache à valoriser son travail et ses qualités pour qu’elle puisse capitaliser dessus. Mais le plus important reste le plaisir », confie-t-il. Il n’y a qu’à entendre Carlota raconter son voyage au Japon pour avoir la certitude qu’elle en prend, du plaisir.

>> A lire aussi : Princes du breakdance, les Furies vont tenter d'enflammer le Battle of the year

>> A lire aussi : A seulement 18 ans, la jeune Leïla Miloua devient la première championne officielle de hip-hop