Un tweet équivoque d’Elon Musk lui vaut le soutien de l’extrême droite américaine

BAD BUZZ Malgré un démenti, le milliardaire américain doit faire face à un mauvais coup de com’…

R. G.-V.

— 

Elon Musk en Australie en septembre 2017.
Elon Musk en Australie en septembre 2017. — PETER PARKS / AFP

Pas toujours évident de réussir à garder l’image du patron et milliardaire « cool » en toutes circonstances. Elon Musk, le richissime fondateur (entre autres) de Tesla ou SpaceX, l’a, ce mardi, appris à ces dépends. Un de ses messages sur le réseau social Twitter a été repris par les réseaux d’extrême droite américains.

Dimanche 27 mai, Elon Musk a répondu au tweet d’un journaliste, Joshua Topolsky, sur l’indépendance de la presse (et son projet de créer un site pour noter les médias et les journalistes) par un «Who do you think *owns* the press ? Hello.» (A qui *appartient* la presse selon vous ? Bonjour.). Une réponse au moins sujette à caution, surtout à cause des étoiles entourant le «owns». L'entrepreneur star n'en était d'ailleurs pas à sa première déclaration contre les médias.

Soupçons d'antisémitisme

Il n’a pas fallu très longtemps pour que des internautes antisémites, proches de l’extrême droite américaine, reprennent le tweet à leur compte. Certains se sont même publiquement demandés si Elon Musk était «l’un des leurs», note le site Numérama. Les étoiles étant, dans leur idée, un message sibyllin à leur destination.

Le milliardaire américain a bien tenté d’éteindre le feu en expliquant que son message – qu’il n’a pas supprimé – n’avait rien d’antisémite. Le bad buzz était fait. Voir son image liée à celle de l’extrême droite est un très mauvais coup de com' pour Elon Musk, engagé dans plusieurs projets mirifiques comme le lanceur spatial SpaceX, les voitures électriques et autonomes Tesla et le «TGV subsonique» Hyperloop.

>> A lire aussi : Le milliardaire Elon Musk est accusé d’être anti-syndicat

>> A lire aussi : Elon Musk veut créer un site pour noter les médias... et l'appeler «Pravda»