Infirmière de nuit, télémédecine... A quoi va ressembler le plan Ehpad d'Agnès Buzyn?

SANTE La mesure la plus concrète est la promesse d’une infirmière de nuit dans chaque établissement « pour ne plus engorger les urgences, à la moindre alerte nocturne sur un patient »…

M.B.

— 

Illustration: un Ehpad.
Illustration: un Ehpad. — PASCAL PAVANI / AFP

« Mercredi, je lance un plan pour la prise en charge de la dépendance, d’abord pour répondre au problème aigu des Ehpad, et j’ouvre une grande concertation de moyen/long terme sur comment nous allons penser une société plus inclusive pour prendre en charge nos aînés ». C’est ce qu’a annoncé dimanche la ministre des Solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, sur BFM TV. Et voici à quoi devrait ressembler ce plan.

Selon les informations de France Inter publiées mardi, la mesure la plus concrète est la promesse d’une infirmière de nuit dans chaque établissement « pour ne plus engorger les urgences, à la moindre alerte nocturne sur un patient ». Autre axe : la télémédecine afin de faciliter la prescription d’actes à distance « qui n’étaient jusqu’à maintenant pas pris en charge par la Sécurité sociale. » Enfin, « 430 millions d’euros doivent être injectés, soit 20. 000 postes supplémentaires en équivalent temps plein », avance France Inter.

Les salariés des maisons de retraite médicalisés avaient fait grève en janvier et en mars de manière inédite. Le gouvernement avait nommé fin janvier un médiateur et annoncé des crédits de 50 millions d'euros en 2018 pour les Ehpad en difficulté.

Par ailleurs, la ministre « espère pouvoir faire des annonces mi-juin » pour un accord sur le reste à charge en matière de prothèses dentaires, auditives et optique. « Je m’étais donné jusqu’au 15 juin pour terminer ces négociations », a-t-elle rappelé sur BFM TV.