«Marée populaire»: De 93.315 à 250.000 manifestants en France... 39 arrestations dont 26 garde à vues à Paris...

LIVE Revivez les manifestations contre la politique d'Emmanuel Macron, qui ont eu lieu dans toute la France samedi... 

L.B.

— 

Jean-Luc Mélenchon pendant la fête à macron
Jean-Luc Mélenchon pendant la fête à macron — GERARD JULIEN / AFP

Ce live est à présent terminé. Retrouvez une synthèse des événements de la journée par ici, et dans la vidéo ci-dessous.

L'ESSENTIEL

  • Des dizaines de milliers de personnes ont défilé ce samedi dans toute la France, au sein de quelque 190 cortèges, contre la politique d'Emmanuel Macron.
  • Cette «super fête à Macron», selon la formule de Jean-Luc Mélenchon, a rassemblé 31.700 personnes à Paris selon le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont 20 Minutes.
  • Globalement bon enfant et familiaux, les rassemblements ont aussi vu quekques incidens éclater. Dans la capitale, la police a annoncé 39 interpellations, dont 26 gardes à vue.

21h: La «Marée populaire» a rassemblé 93.315 personnes dans toute la France, selon le ministère de l'Intérieur

Au total, 21.000 personnes ont manifesté à Paris et 72.315 dans les villes de province, où 142 actions ont été menées, selon un décompte de la place Beauvau. Plus tôt, la CGT avait annoncé 250.000 manifestants dans toute la France, dont 80.000 dans la capitale.

18h15: A Marselle, entre 4.200 et 65.000 manifestants

Dans une ville où les écarts de chiffres sont souvent très larges, la CGT a annoncé 65.000 manifestants, contre 4.200 côté police.

17h51: Entre 3.000 et 6.000 manifestants à Nantes

Entre 3.000 et 6.000 personnes ont défilé à Nantes, selon la police et les organisateurs.

17h35: 31.700 manifestants recensés à Paris par le cabinet indépendant Occurence pour un collectif de médias, dont 20 Minutes

17h30: 39 arrestations, dont 26 garde à vues à Paris

Selon la Préfecture de police de Paris, 39 personnes ont été arrêtées en marge et pendant la manifestation, dont 26 ont été placées en garde à vue, notamment pour port d'arme, rébellion ou participation à un groupement en vue de commettre des violences.

Quelques brefs heurts ont opposé des manifestants cagoulés aux forces de l'ordre, qui ont répondu aux jets de projectiles par des tirs de gaz lacrymogène. Un policier a été blessé par un tir de mortier, a précisé la Préfecture de police.

17h06: Objectif d'une manifestante, «transmettre nos valeurs sociales aux plus jeunes»

 

17h02: Sept blessés légers parmi les forces de l'ordre à Paris

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, qui a suivi la manifestation depuis la salle de commandement de la préfecture de police, l'a indiqué sur BFM. Il a estimé que le dispositif mis en place avait été «particulièrement efficace».

16h55: Des incidents à Nantes

Le cortège de tête, composé d'une centaine de militants anticapitalistes vêtus de noir, est passé devant la préfecture, et des manifestants ont lancé divers projectiles (bouteilles en verre, pierres, billes de peinture, lacrymogènes, bâtons et papier toilette) en direction des forces de l'ordre, qui ont répliqué en faisant usage d'une lance à eau. Quelques tags étaient visibles sur la façade de la préfecture et du mobilier urbain a été cassé.

16h50: La tête du cortège est (déjà) à la Bastille

 

16h44: La CGT a, elle, comptabilisé 250.000 manifestants en France, dont 80.000 à Paris

Les manifestations contre la politique d'Emmanuel Macron à l'appel d'une soixantaine de syndicats, partis de gauche et associations, ont rassemblé samedi 250.000 personnes dans toute la France, selon la CGT. A Paris, le syndicat a dénombré 80.000 participants à cette «marée populaire».

16h40: 21.000 participants à Paris, selon la Préfecture de police

16h30: Ambiance fanfare dans le cortège

15h48: Une manif en famille

15h37: Des canettes à tête de Macron et Philippe

Les visages du président Emmanuel Macron et du Premier ministre sur des canettes. 

Des canettes avec le visage d'Emmanuel Macron et Edouard Philippe à la
Des canettes avec le visage d'Emmanuel Macron et Edouard Philippe à la - FRED TANNEAU / AFP

 

15h25: Le cortège s'élance à Nantes

Le cortège s'est ébranlé du château des ducs de Bretagne, derrière des banderoles proclamant: «A l'attaque - Engloutissons Macron», «Gardez la haine fraîche» ou encore «Ni Macron ni matraque».

Les anticapitalistes en tête ont scandé«'la police mutile, la police assassine» et «Maxime on pense à toi», en référence à cet étudiant de 21 ans, qui a eu la main arrachée mardi sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en ramassant une grenade GLI-F4. De nombreux manifestants arboraient aussi un gant rouge en soutien.

Parmi les autres pancartes, dans le cortège des organisateurs et des cheminots notamment : «Jupiter on va te faire redescendre sur terre», «Macron usurpateur des voix du peuple de gauche», «Oui,ça ruisselle: ils nous pissent dessus» ou encore «SNCF mon amour».

15h11: Mélenchon s'exprime à Marseille

«Les Marseillais, les premiers, vous ont ouvert le chemin du rassemblement des partis, des syndicats, des associations du peuple tout entier !», a déclamé le chef de file des Insoumis, retrouvant ses accents de tribun.

«Formez ce Front populaire (...) pour que l'on commence l'ère du partage, du renouveau, d'une autre société», a-t-il poursuivi, avant que le cortège ne s'élance du Vieux-Port.

«Ne comptez que sur vous, il n'y aura pas de sauveur suprême», a ajouté le député de Marseille, soulignant que ces marches n'étaient «la propriété d'aucune organisation» et d'aucun de leurs dirigeants, mais témoignant sa «reconnaissance» aux syndicats et à la CGT en particulier, qui «la première a appelé au rassemblement».

15h05: La manifestation parisienne s'est élancée

Plusieurs milliers de personnes commencent à défiler au départ de la gare de l'Est en direction de la place de la Bastille.

 

14h56: Les manifestants s'échauffent en musique

Bonne ambi à Gare de l'Est. Notre journaliste est sur place pour suivre les événements de la journée. 

 

14h55: L'itinéraire de la manif diffusé par la Préfécture

 

14h53: 24 personnes interpellées

Vingt-quatre personnes ont été interpellées avant le début de la manifestation de la «marée populaire» à Paris, annonce la préfecture de police de Paris, selon FranceInfo. Elles auraient été en possession de cagoules noires.

14h15: Quelques photos du rassemblement

 

13h49: Les journalistes du Média se mobilisent

Le Média est en direct à partir de 14 heures, rappelle Aude Lancelin. 

 

C'est la « super fête à Macron ». Des « marées populaires » avec des dizaines de milliers de personnes sont attendues samedi à Paris et en province, à l’appel inédit d’une soixantaine de syndicats, partis politiques et associations, pour protester contre la politique d’Emmanuel Macron.

Cette mobilisation « massive » est organisée par Attac et la fondation Copernic, réunissant la gauche de la gauche (La France insoumise mais aussi PCF, EELV, Générations, NPA…) ainsi que des syndicats (CGT, Solidaires, Syndicat de la magistrature, Sud PTT, Unef…) et associations (Les Amis de la terre, Mouvement de la paix, La santé n’est pas une marchandise…).