Le talc consommé en Europe et aux Etats-Unis financerait Daesh en Afghanistan

TERRORISME Selon un rapport, 500.000 tonnes de talc afghan ont été exportées entre mars 2017 et mars 2018 vers le Pakistan...

L.Br.

— 

Une carrière française de talc, située à Luzenac, la plus grande d'Europe.
Une carrière française de talc, située à Luzenac, la plus grande d'Europe. — ERIC CABANIS / AFP

Déodorants, poudres de maquillage, soins pour bébés ou hygiène féminine… Ces produits commercialisés aux Etats-Unis et dans l’Union européenne rapportent des centaines de milliers d’euros à la branche afghane de Daesh, selon un rapport de l’organisation non-gouvernementale Global Witness.

Entre Daesh et votre poudre pour le corps, vous ne voyez pas le rapport ? Et pourtant, pas moins de 500.000 tonnes de talc afghan ont été exportées entre mars 2017 et mars 2018 vers le Pakistan, pays d’où est exportée une grande partie du talc consommé en Occident.

Vingt-deux millions de dollars par an

Le journal Le Monde expliquait déjà l'existence d'un impôt sur le talc prélevé par Daesh dans une enquête intitulée « Comment l’industrie mondiale du talc finance les talibans et l’Etat islamique en Afghanistan », faisant le lien entre la production de roche blanche et nos produits de beauté. Dans l’article, le journaliste indiquait que les taxes sur le talc, prélevées par Daesh sur les camions qui traversent la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan, étaient estimées à 22 millions de dollars par an (19,5 millions d’euros). Des millions qui financent directement l’organisation terroriste.

En consommant des produits à base de talc en Occident, « les consommateurs américains et européens contribuent à leur insu au financement des mouvements extrémistes d’Afghanistan », fait remarquer Nick Donovan, directeur de campagne de Global Witness, dans un communiqué.