Lyon: Les urgences de la Croix-Rousse toujours perturbées, les HCL font des propositions aux grévistes

HOPITAL Les personnels de la Croix-Rousse ont décidé de durcir leur mouvement jeudi après des semaines de mobilisation et aucune avancée...

E.F avec C.D
— 
Les urgences de la Croix-Rousse sont en grève depuis 99 jours à Lyon. Illustration.
Les urgences de la Croix-Rousse sont en grève depuis 99 jours à Lyon. Illustration. — Elisa Frisullo / 20 Minutes
  • Les personnels des urgences sont en grève depuis des semaines pour obtenir davantage de moyens humains pour accueillir plus dignement les patients.
  • La direction a accepté de renforcer les effectifs d’un infirmier supplémentaire. Une proposition qui, pour l’heure, n’a pas suffi à stopper la protestation.
  • Jusqu’à nouvel ordre, ces urgences fonctionnent au ralenti.

Comme ce fut le cas jeudi matin, trois des quatre infirmiers devant prendre leur service ce vendredi matin ne se sont pas présentés aux urgences de l’hôpital de la Croix-Rousse à Lyon. Dans ce service, en grève depuis 99 jours pour demander davantage de moyens humains pour accueillir dignement les patients, les personnels mobilisés ont décidé de durcir le mouvement.

Depuis le 24 mai, ils refusent de prendre leur service si leur assignation ne leur a pas été donnée en mains propres comme le stipule la loi. Conséquence de leur action, les urgences de jour de cet hôpital tournent au ralenti. Les patients arrivant d’eux-mêmes sont pris en charge. Mais les personnes alitées du SAMU et des pompiers sont renvoyés sur d’autres hôpitaux.



Un poste d’infirmier supplémentaire

Jeudi soir, la direction des HCL a reçu une délégation de personnels grévistes et les organisations syndicales pour tenter de débloquer la situation. Des propositions ont été faites aux agents, qui réclament un poste d’infirmier et un d’aide soignant pour les urgences de jour, et un aide-soignant supplémentaire, la nuit, pour l’unité d’hospitalisation de courte durée.

« Nous leur avons proposé de créer un cinquième poste d’infirmier qui s’ajoute aux quatre déjà en poste, ce qui représente 25 % de temps supplémentaire », a indiqué ce vendredi midi Patrick Deniel, secrétaire général des HCL. Des travaux devraient également être menés sur le système d’information des urgences, peu satisfaisant, et à l’entrée du service, peu pratique pour les patients et les personnels.

Une situation enlisée ?

Mais aucun aide-soignant supplémentaire ne sera embauché, « en raison du schéma budgétaire contraint » des hospices civils de Lyon, a ajouté Patrick Deniel, soucieux que les urgences reprennent un fonctionnement normal.

Ce vendredi midi, les personnels et la CGT mobilisée aux côtés des grévistes, n’avaient pas encore fait de retour à leur direction sur les propositions formulées jeudi soir. L’activité pourrait donc rester réduite quelques jours encore aux urgences, le temps que la direction des HCL s’organise pour réquisitionner les grévistes, en remettant en mains propres (et non plus par voie postale) aux personnels mobilisés leur assignation à venir travailler.