Pas-de-Calais: Des actes de sabotage ont perturbé la circulation des trains

TRANSPORT La SNCF dénonce des exactions sur les lignes de TER dans le secteur de Lens…

Mikaël Libert

— 

Un train TER de la région Nord Pas-de-Calais.
Un train TER de la région Nord Pas-de-Calais. — M.Libert/20 Minutes
  • Des actes de malveillance ont perturbé la circulation des TER à Lens et Béthune.
  • La SNCF a déposé plusieurs plaintes pour sabotage.
  • Un autre fait de ce genre a et lieu, mi-mai, entre Lille et Douai.

Ce jeudi, la direction régionale de la SNCF des Hauts-de-France a dénoncé des actes de sabotages perpétrés sur plusieurs lignes de TER dans le secteur de Lens. Selon nos informations, le transporteur ferroviaire pointe du doigt « des personnes qui savent ce qu’elles font » et a déposé plainte.

« Caténaires sabotées, rames dégradées, […] intolérable et contraire au service public que tous les agents SNCF défendent ». C’est en ces mots que Frédéric Guichard​, directeur régional de la SNCF, a dénoncé sur Twitter les incidents qui ont perturbé la circulation des trains, jeudi matin, dans le Pas-de-Calais.

Cordes lestées autour des caténaires

Ainsi, « plusieurs actes de sabotage des caténaires ont été constatés sur l’étoile ferroviaire de Lens et de Béthune », précise le transporteur dans un communiqué. Cela a occasionné la suppression de sept trains et une dizaine d’autres « ont subi jusqu’à trois heures de retard ».

Les moyens utilisés pour le sabotage sont, toujours selon la SNCF, des « cordes lestées, enroulées et nouées autour des caténaires ». Une source interne a assuré à 20 Minutes que « ce type de sabotage était forcément le fait de personnes qui savaient ce qu’elles faisaient pour occasionner le plus de perturbations ».

« Dans le Sud, la SNCF a bien mis sur le dos des grévistes des arbres tombés sur les caténaires à cause des orages », assure Dominique Sens, délégué régional de la CGT cheminots. « Je ne cautionne pas la dégradation de l’outil de travail », poursuit-il.

Face à la direction de la SNCF, qui parle d’un essoufflement de la mobilisation, le délégué syndical brandit les chiffres du « vot’action » de mercredi : « Sur les 8.815 cheminots du Nord-Pas-de-Calais, 4.182 ont participé au vote. Le résultat a montré que 96 % se sont prononcés pour le retrait du pacte ferroviaire », détaille Dominique Sens.