Notre-Dame-des-Landes: Maxime, le blessé de la ZAD, a bien ramassé la grenade, selon son avocat

ACCIDENT L'avocat du jeune homme a contesté, ce jeudi, le fait que son client avait l'intention de jeter l'engin explosif sur les gendarmes...

J.U.

— 

Affrontement sur la ZAD le 15 avril 2018.
Affrontement sur la ZAD le 15 avril 2018. — C.Triballeau/AFP

Deux jours après le dramatique accident survenu sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, l’enquête sur ses circonstances avance. Alors que des zadistes contestaient la version des gendarmes au sujet du déroulé des faits, l’avocat de Maxime, ce jeune homme de 21 ans qui a eu la main droite amputée, s’est exprimé ce jeudi après-midi et a donné une troisième version des faits.

« Des charges très fortes ont eu lieu de la part des forces de l’ordre ce qui l’a fait rebrousser chemin, a expliqué Me Hervé Gerbi lors d’un point presse, en partie retransmis par Presse Océan. Là, il va ramasser une grenade avec une idée, celle que ce sera une munition de moins pour les gendarmes. » L’avocat, qui annonce qu’une plainte sera prochainement déposée, est cependant formel : « Il n’a jamais eu l’intention de jeter cette grenade sur les forces de l’ordre. »

L’avis du médecin légiste

Mercredi soir, le procureur général de la cour d’appel a appuyé la version des forces de l’ordre. Ces derniers expliquaient aussi que lors d’affrontements, le jeune opposant avait ramassé une grenade GLI F-4 qui venait d’être tirée. Mais pour eux, l’objectif était de la relancer vers les gendarmes. C’est à ce moment-là que l’explosion aurait eu lieu.

Des témoins ont été entendus et le blessé, amputé de la main droite, a été examiné par un médecin légiste. « La nature et la localisation des lésions confortent les constatations faites par les gendarmes (…), écrit le procureur général Jean-François Thony dans un communiqué. Elles semblent, en revanche, être incompatibles avec l’hypothèse (…) selon laquelle il aurait été blessé alors qu’il tentait de fuir. »

Un étudiant lillois

La victime, prénommée Maxime, a reçu quatre mois d’interruption de travail. Originaire de Marseille, cet étudiant de 21 ans en sciences politiques à Lille était sur la ZAD depuis quelques jours. Selon la procureure de la République de Saint-Nazaire, Sylvie Canovas, il a déjà fait l’objet d’une procédure de composition pénale pour « outrage et rébellion ».

« C’est un jeune passionné de sciences politiques, qui joue au rugby, au tennis, a indiqué son avocat. Il était venu sur la ZAD il y a deux ou trois semaines dans le prolongement de sa curiosité naturelle à ce sujet. (…) Il ne savait pas que ramasser une grenade, c’est dangereux. »

>> A lire aussi : Notre Dame-des-Landes: Cinq questions autour des grenades GLI-F4 après l'accident sur la ZAD

>> A lire aussi : Lille: Le zadiste blessé à Notre-Dame-des-Landes est étudiant à Lille