Qui est Maryam Pougetoux, la responsable voilée de l'Unef?

PORTRAIT La jeune femme se décrit comme une «citoyenne française», «musulmane», «voilée» mais aussi comme une «étudiante» engagée «pour les autres»….

Manon Aublanc

— 

Maryam Pougetoux, responsable de l'Unef à l'université Paris 4.
Maryam Pougetoux, responsable de l'Unef à l'université Paris 4. — STR / AFP
  • Dans un reportage diffusé par M6 le 12 mai dernier, Maryam Pougetoux, la présidente de l’Unef à Paris-IV, a réagi aux blocages des universités. La jeune femme portait un hijab, le voile qui encadre le visage.
  • Plusieurs personnalités, comme Gérard Collomb, Julien Dray ou Marlène Schiappa ont dénoncé la « promotion d’un islam politique ».
  • L’Unef, qui a publié un communiqué pour défendre la jeune femme, a assuré qu’il n’y avait pas d’incompatibilité entre l’affichage de convictions religieuses et les valeurs du syndicalisme.

On ne parle plus que d’elle. Depuis quelques jours, Maryam Pougetoux, la présidente du syndicat Unef à Paris-IV, est au cœur d’une polémique après avoir accordé une interview à M6 dans laquelle elle apparaît voilée.

Alors qu’elle réagissait sur le blocage des facultés, le 12 mai dernier dans le 19 : 45 de M6, ce ne sont pas ses propos mais son hijab, le voile qui encadre son visage, qui a suscité une avalanche de réactions. A commencer par le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui lui avait reproché de marquer, avec son foulard, sa « différence avec la société française », y voyant même une « provocation ».  Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, avait déclaré que la tenue de la jeune femme faisait la « promotion d’un islam politique ». Entre sa tenue et son engagement syndical, on sait finalement peu de chose de la jeune femme.

Une « croyante » qui vit « avec son temps »

Jeune étudiante de 19 ans, Maryam Pougetoux est présidente de la section locale de l’Union Nationale des Etudiants de France (Unef) de l’université Paris-IV (Sorbonne Université) depuis décembre 2017. Après un baccalauréat scientifique, Maryam Pougetoux a intégré une prépa où elle s’est découvert « une passion pour la littérature », écrit Buzzfeed qui a rencontré la jeune femme, restée silencieuse depuis le début de l’affaire, le 20 mai dernier. Etudiante en section lettres et métiers de l’édition à l’université Paris-IV, elle « entamera bientôt sa troisième année de licence » et « aspire un jour à travailler pour une ONG ».

Arrière-petite-fille de résistant, la jeune syndicaliste « n’a pas l’habitude d’avoir les regards braqués sur elle ». Elevée dans une famille musulmane qui « compte des catholiques et où les dîners se passent très bien », la jeune femme se décrit comme une « croyante » qui vit « avec son temps ». L’étudiante de 19 ans se considère, à la fois, comme une « citoyenne française », « musulmane », « voilée » mais aussi comme une « étudiante » engagée « pour les autres ».

« Il n’y a pas un seul féminisme, il y en a des différents, divers et variés »

Pourtant, l’engagement syndical de Maryam Pougetoux a débuté « par une rencontre par hasard, dans un couloir ». C’est après un entretien avec « quelqu’un de l’Unef » que la jeune femme, qui souhaitait participer à « la vie associative de l’université » dès son arrivée en études supérieures, a adhéré au syndicat : « Représenter les étudiants, faire en sorte que leurs conditions d’études, et donc les miennes, soient améliorées, c’est quand même important », a-t-elle expliqué à nos confrères.

Présidente de la section locale de Paris-IV de l’Unef, Maryam Pougetoux considère que le syndicat « porte des idées progressistes » et défend « ces valeurs pour que la société évolue ». Pour Maryam Pougetoux, l’affichage de convictions religieuses et les valeurs du syndicalisme ne sont pas incompatibles : « Porter le voile et être une responsable syndicale ne rentre absolument pas en contradiction », a-t-elle expliqué à Buzzfeed.

« En intégrant l’Unef, j’en connaissais les valeurs. Je les ai acceptées de la même manière que l’Unef m’a acceptée, sans a priori et avec bienveillance », a-t-elle justifié. A la question « qu’avez-vous envie de dire aux gens qui voient à travers votre voile un symbole de soumission ? », la jeune syndicaliste répond qu’elle « défend toutes les femmes, qu’elles veuillent le porter ou qu’elles ne veuillent pas le porter, qu’elles soient musulmanes ou non musulmanes ». Selon Maryam Pougetoux, « il n’y a pas un seul féminisme, il y en a des différents, divers et variés ».

>> A lire aussi : Unef: Nouveaux témoignages de viols et agressions sexuelles

>> A lire aussi : Voile et «libération de la femme»: Manuel Valls et son équipe persistent et signent

>> A lire aussi : VIDEO. « Les Terriens du dimanche »: Bernard de la Villardière assume ses propos sur le voile