Accusations de discrimination dans un restaurant parisien: Le Défenseur des droits ouvre une enquête

RACISME L’établissement refuserait les clients « d’origine maghrébine, africaine et les femmes portant le voile »…

20 Minutes avec AFP

— 

Jacques Toubon, le Défenseur des droits.
Jacques Toubon, le Défenseur des droits. — MIGUEL MEDINA / AFP

« Un véritable système discriminatoire ». Le Défenseur des droits a ouvert une enquête après avoir « pris connaissance par voie de presse d’allégations de discrimination dans un restaurant parisien », un établissement très chic qui refuserait les clients « d’origine maghrébine, africaine et les femmes portant le voile », a-t-il annoncé ce vendredi.

Selon le site Buzzfeed, l’Avenue, une brasserie du groupe Costes installée dans le VIIIe arrondissement et très prisée des stars a « mis en place un véritable système discriminatoire », excluant «  les Arabes et les femmes voilées », notamment en refusant les réservations avec des « noms d’origine arabe » ou de « touristes venant du Moyen-Orient (les pays ciblés sont le Qatar, les Émirats arabes unis, le Bahrein et l’Arabie saoudite) ».

Des clients « beaux et présentables » au rez-de-chaussée et en terrasse

Buzzfeed, qui a recueilli les témoignages de serveuses, rapporte que les salariés ont pour consigne, « qu’au rez-de-chaussée et en terrasse les clients soient « beaux et présentables » selon le directeur ».

« Selon les témoignages d’anciennes salariées, il existerait une pratique discriminatoire consistant à refuser la clientèle d’origine maghrébine, africaine et les femmes portant le voile », indique Jacques Toubon dans un communiqué, ajoutant « se saisir d’office et ouvrir une enquête ».

Hélène Bidard, l’adjointe à la mairie de Paris, a demandé l’ouverture d’une enquête au procureur

Le Défenseur des droits évoque également « une pratique discriminatoire en raison de l’apparence physique ».

Hélène Bidard, l’adjointe à la maire de Paris chargée de la lutte contre les discriminations, a affirmé vendredi après-midi dans un tweet avoir demandé l’ouverture d’une enquête au procureur de la République de Paris pour « d’éventuels faits de discriminations ». Le restaurant l’Avenue restait injoignable vendredi après-midi.