Lyon: Après l'annulation des examens, l'université Lyon-2 annonce une validation du diplôme «à la carte»

UNIVERSITE Les modalités seront différentes selon le niveau d’étude et les filières…

Caroline Girardon

— 

A Lyon, le 12 avril 2018. Les étudiants de Lyon-2, réunis ce jeudi en AG, ont voté le blocage illimité des deux campus.
A Lyon, le 12 avril 2018. Les étudiants de Lyon-2, réunis ce jeudi en AG, ont voté le blocage illimité des deux campus. — E. Frisullo / 20 Minutes

Il n’y aura aucun examen sur table. L’université Lyon-2 qui avait décidé lundi d'annuler les partiels dans les amphithéâtre en raison du blocage des campus par les étudiants, a voté ce vendredi la validation des diplômes « à la carte ».

Concernant les Licences 3e année, et les Masters 1re et 2e années, « l’évaluation des enseignements prévus en examen terminal se fera par un devoir à la maison », précise l’établissement.

Concernant les étudiants inscrits en première ou en seconde année de licence, les modalités seront définies selon les matières. Pour certains, la moyenne des notes obtenues en contrôle continu sera prise en compte dans la validation de l’année. Pour les autres, ceux qui n’ont pas eu de contrôles continus se verront proposer une « modalité alternative », dont les contours n’ont pas été précisés.

« Cela ne représente pas le niveau réel des étudiants »

Une décision contestée par l’UNI, syndicat étudiant de droite. « La période du contrôle continu à cause des blocages a déjà été amputée de 1 mois et ne représente donc pas le niveau réel des candidats faute d’avoir pu recueillir plusieurs notes », estime-t-il dans un communiqué. Selon Thibaud Hubert, responsable du syndicat, cette décision est partiale.

« Elle méconnaît les principes d’égalité et d’anonymat (notamment en cas de devoir à la maison), des principes qui sont essentiels à la validité juridique des examens », argumente-t-il, s’inquiétant du fait que « le moindre recours juridique intenté contre l’université invaliderait la totalité des notes du second semestre des étudiants en licences ».

>> A lire aussi : Après l'annulation des partiels, de nombreux étudiants de l'université Lumière craignent d'être «dévalorisés»