Boues rouges: «La situation n'est pas satisfaisante» selon Nicolas Hulot

ENVIRONNEMENT Le ministre de la Transition écologique et solidaire s’est prononcé sur le dossier des boues solides en marge de son déplacement à Marseille…

Mathilde Ceilles

— 

Boues rouges avec des résidus de bauxite à Gardanne, le 8 octobre 2010
Boues rouges avec des résidus de bauxite à Gardanne, le 8 octobre 2010 — Anne-Christinne Poujoulat AFP

Il est attendu au tournant sur le sujet, s’étant prononcé dans le passé en faveur des opposants aux boues rouges. En marge de son déplacement à Marseille sur le thème de la biodiversité, le ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, interrogé sur la problématique des boues solides de l'usine Alteo, a estimé que « la situation n’est pas satisfaisante ».

Certes, selon le ministre, le problème des rejets en mer semble résolu, mais il affirme que l’entreprise a «déplacé le problème ». Le 8 avril, un très fort vent de Sud et Sud-Est avait soufflé sur la zone d’exploitation du site et poussé des résidus de bauxite sur un lotissement à Bouc-Bel-Air. Le maire de cette commune, Richard Mallié, a porté plainte​ et une association, Bouc-Bel-Air Environnement, a déposé une main courante à la gendarmerie.

« L'entreprise a été prise en défaut »

« Les poussières qui s'envolent parce que le site n'est pas arrosé et rigidifié comme il faudrait créent des gênes non négligeables, a-t-il poursuivi. L'entreprise a été prise en défaut et je préférerais que cela ne se reproduise plus. Mais je veux surtout de meilleures perspectives concernant les boues rouges à Gardanne. »

S’adressant à Alteo, le ministre « demande fermement à cette entreprise de proposer des pistes de solution pour la valorisation » de ces résidus, estimant que l’on « arrive à un point de saturation ». « Cette entreprise est sous l’œil attentif de mes services », a-t-il mis en garde.